samedi 14 mai 2016

Batman VS Superman : L'aube de la Justice

Batman VS Superman : L'aube de la Justice

Affiche officielle

Réalisé par Zack Snyder, précédent réalisateur de Man of Steel, Batman VS Superman : L'Aube de la Justice est sorti sur les écrans français le 23 mars 2016. Adaptation du DC Comics mettant en scène le même combat de titans, il est l'introduction à la Justice League, groupe de super héros DC. Il cumule à ce jour 327 255 601 $ de recettes aux Etats-Unis et 2 439 238 entrées en France. Il n'est pas jugé rentable par Warner Bros mais toutefois, un film sur ce Batman joué par Ben Affleck sera fait.


Casting principal :
Clark Kent / Superman : Henry Cavill
Bruce Wayne / Batman : Ben Affleck
Lex Luthor : Jesse Eisenberg
Diana Prince / Wonder Woman : Gal Gadot
Loïs Lane : Amy Adams

Clark Kent doit faire face en tant que Superman à la critique montante de l'opinion publique face à ses actions. Les dégâts causés par les kryptoniens retombent sur lui et le monde se refuse d'être à la merci d'un homme que l'on ne saurait contrer. De là, Lex Luthor tire son épingle du jeu pour lancer une vaste action contre le super-héros. Déterminé à ne plus être impuissant, Bruce Wayne défend sa ville et fait la loi sous le masque de Batman. Ne tolérant plus la présence de Superman, pour lui, il est temps de prendre les armes, d'être prêt à se battre avant que l'homme d'acier n'étende sa domination sur la planète. Qui l'emportera ? 

Marion

L'avis de Marion : Moi qui était surexcitée à l'idée de voir le film suite aux bandes annonces, je suis tombée de haut en le regardant.
     Du point de vue scénario, Batman VS Superman est plutôt une bonne idée mais qui n'est pas aboutie. La première heure et demi met en place les protagonistes, le quart d'heure suivant est la révélation de la machination et finalement, ce qui a été montré de combat dans la bande annonce sont concentrés dans les trois quart d'heure restants. Fatalement, il y a une énorme longueur dans le film. Comme pour se démarquer de Marvel, l'ambiance est très sombre, peu d'action, aucun humour et fatalement, j'accroche moins. Les deux super-héros se trainent, la découverte de ce nouveau Batman ne réussit pas à susciter un intérêt assez approfondi pour que l'on ne s'ennuie pas. L'action est d'ailleurs plutôt mise sur Batman ou du moins, je me souviens que très peu de scènes de Superman. Lex Luthor, grâce à ses manipulations, réussit à éveiller un petit quelque chose en nous qui dort depuis le début du film, mais une fois de plus pas assez tant le spectateur est trop éparpillé entre les deux héros. À cela s'ajoute des raccourcis si ce n'est même des incohérences comme Lois Lane perdue seule au milieu d'un bâtiment en ruines où elle jette quelque chose d'importance qui d'un coup, parce que Batman a dit à l'autre bout du champ de bataille, se décide à récupérer cette chose. Et non, Superman ne lui a pas dit d'aller le chercher. Ça lui est venu comme ça, d'un coup. Tout comme la révélation des identités secrètes mutuelles des deux super-héros. Et paf, d'un coup d'un seul, même en costume, ils s'appellent par leur petit nom. Alors je peux à la limite accepter que Superman le sache grâce à une scène du film. Mais Batman ... rien, absolument rien, ne pouvait le mener sur la voie - hormis l'éternel débat qu'une paire de lunette ne camoufle personne. Ainsi donc, les seuls intérêts que je trouve au scénario sont les suivants : les magouilles de Lex Luthor et Wonder Woman (de pair avec la Justice League). L'intronisation dans l'univers de Lex Luthor est bien amenée. On nous donne un aperçu du personnage, sa folie, son rejet d'une forme de vie supérieure comme Superman mais finalement, pas de réelles raisons à toutes ses magouilles ou encore une réelle personnalité (mais j'y reviendrai plus tard). Le teaser à la Justice League est le seul moment du film (avec l'apparition de Wonder Woman en tenue) où j'étais vraiment intéressée et surexcitée. Aquaman et The Flash sont deux films que j'attends beaucoup, doublé de deux acteurs que j'apprécie, aussi, ce fut mes quelques secondes absolument fan-girl du film.
     Les effets spéciaux et les costumes sont sans doute l'un des rares points que je ne peux pas critiquer. Je retrouve le costume classe de Superman, fidèle au comics, le ridicule en moins, je retrouve aussi un Batman avec un costume intéressant, à la fois fidèle au justaucorps du héros mais sans cette aspect gymnaste. Le choix est judicieux et fait finalement très Arkham Trilogy (série de jeux vidéos sortis sur Xbox 360, Xbox One, PS3 et PS4), ce qui me convient et permet une référence (voulue ou non) à un univers connu. Je suis personnellement restée béate devant quelque chose de minime : les effets sur la cape de Superman. Peu importe ce que fait Superman, il y a toujours un éclat spécifique sur sa cape, une ondulation bien gérée ou que sais-je encore. 
      Les personnages sont à la fois peu nombreux mais en même temps les rares présents ne sont pas efficaces. Le film se balance entre Batman et Superman avec une pseudo intrigue qui n'avance pas d'un côté comme de l'autre. Tout est encore trop flou autour de Bruce Wayne pour qu'on puisse finalement s'habituer au personnage : est-il devenu le Batman suite à la mort de ses parents ou suite à la révélation de Superman comme le laisse à penser le film ? Pourquoi diable n'a-t-il plus de manoir Wayne et habite-t-il dans une tour ? Qu'est-il advenu de sa société ? 
Superman n'a guère mieux. Finalement, on ne sait que peu de chose sur lui après son combat contre les kryptoniens. Il vit avec et travaille avec Lois et vraisemblablement, sa vie ne se résume qu'à cela. C'est un désert autour de lui, on ne trouve rien de personnel autour du héros hormis sa fade de petite amie. Le personnage devient même indigeste et s'éloigne de l'image que j'en avais. L'humilité que je sentais dans le premier volet, le besoin d'aider les autres, la discrétion, ne pas s'imposer aux humains comme le souhaitais son père ... tout cela semble avoir disparu d'un film à l'autre. 
Lois Lane ... vaste sujet. Si je n'ai certes jamais porté la demoiselle dans mon coeur, elle m'avait plutôt laissé un bon souvenir dans Man of Steel. Son intelligence et notoriété de journaliste avaient été mis en avant grâce à des récompenses, son enquête pour démasquer le mystérieux homme d'acier, bref, elle agissait. Ici, je retrouve l'insupportable demoiselle en détresse. Elle est fade, incapable de me faire ressentir autre chose que de l'agacement et son peu de présence à l'écran en est presque salutaire.
Lex Luthor ... l'élément perturbateur du film ! Dans un premier temps parce qu'il n'est pas très net dans sa tête mais c'est malheureusement tout ce qu'on retient. Pourquoi cette "haine" envers Superman ? Pourquoi la création finale qui va à l'encontre de tout ce qu'il dit dans le film ? Quel est ce problème relationnel avec le père ? Pas mal de questions sans réponse et un personnage finalement creux dont les motivations nous échappent.
Wonder Woman ! Voilà un personnage plaisant. Elle n'apparait que peu, mais cela est justifié par la princesse Amazone elle-même, absolument rien n'est dévoilé dans l'optique du film à venir, ce qui fait qu'on se ne pose guère de question sur elle, sans laisser cette arrière goût d'inachevé qu'il y a tout au long du film. Cela ne donne qu'une envie: voir son film.
      Ma conclusion serait qu'à vouloir montrer avec autant d'importance tant de personnages qui ne se côtoient pas, Snyder s'est enlisé finalement dans un cercle de personnages pas assez exploités avec un sentiment qu'ils empiètent trop les uns sur les autres. Peut-être aurait-il été judicieux de faire d'abord un second film sur Superman, un premier sur Batman, avant de croiser les deux personnages. De prendre son temps comme le Marvel Cinematic Universe afin d'avoir une meilleur cohésion, moins de temps perdu à installer une trame de fond et présentations de personnage.
    En somme, un film décevant dont malheureusement toute l'action avait été montré dans les bandes annonces. J'attends mieux des DC à venir.

vendredi 13 mai 2016

Marvel's Agents of S.H.I.E.L.D - Saison 3

Marvel's Agents of S.H.I.E.L.D - Saison 3

Affiche officielle de la saison 3

Mené par la même équipe, Agents of S.H.I.E.L.D. n'est pas à son heure la plus glorieuse. Malgré une entrée en matière vive, un casting toujours appréciable, une continuité dans le Marvel Cinematic Universe, cette troisième saison ne jouit pas d'audiences faramineuses mais néanmoins satisfaisantes pour être reconduite en une quatrième saison.

Synopsis : La bataille à Afterlife est finie mais les conséquences en sont terribles. Le terrigène révélant les pouvoirs des Inhumains a été mélangés à des produits alimentaires, provoquant une apparition en masse d'Inhumains et de problèmes liés à leurs pouvoirs. Le SHIELD, endeuillé par la disparition de Simmons, essaye alors tant bien que mal de les aider et les trouver avant qu'ils ne soient traqués par des personnes mal intentionnées.

Episodes :
  1.  Laws of Nature, diffusé le  29 septembre 2015, 4 900 000 téléspectateurs
  2. Purpose in the Machine, diffusé le 06 octobre 2015, 4 320 000 téléspectateurs
  3. A Wanted (Inhu)man, diffusé le 13 octobre 2015, 3 740 000 téléspectateurs
  4. Devils you know, diffusé le 20 octobre 2015, 3 850 000 téléspectateurs
  5. 4, 722 hours, diffusé le 27 octobre 2015, 3 810 000 téléspectateurs
  6. Among Us Hide, diffusé le 03 novembre 2015, 3 840 000 téléspectateurs
  7. Chaos Theory, diffusé le 10 novembre 2015, 3 490 000 téléspectateurs
  8. Many Heads, One Tale, diffusé le 17 novembre 2015, 3 600 000 téléspectateurs
  9. Closure, diffusé le 01 décembre 2015, 3 840 000 téléspectateurs
  10. Maveth, diffusé le 08 décembre 2015, 3 850 000 téléspectateurs
  11. Bouncing Back, diffusé le 08 mars 2016, 3 520 000 téléspectateurs
  12. The Inside Man, diffusé le 15 mars 2016, 2 940 000 téléspectateurs
  13. Parting Shot, diffusé le 22 mars 2016, 2 880 000 téléspectateurs
  14. Watchdogs, diffusé le 29 mars 2016, 3 200 000 téléspectateurs
  15. Spacetime, diffusé le 05 avril 2016, 2 810 000 téléspectateurs
  16. Paradise Lost, diffusé le 12 avril 2016, 3 010 000 téléspectateurs
  17. The Team, diffusé le 19 avril 2016, 2 850 000 téléspectateurs
  18. The Singularity, diffusé le 26 avril 2016, 3 200 000 téléspectateurs
  19. Failed Experiments, diffusé le 03 mai 2016, 2 900 000 téléspectateurs
  20. Emancipation, diffusé le 10 mai 2016,
  21. Forgiven, diffusé le 17 mai 2016,
  22. Ascension, diffusé le 17 mai 2016, 

Casting principal :
Phil Coulson : Clark Gregg
Grant Ward : Brett Dalton
Skye/ Daisy : Chloe Bennet
Melinda May : Ming-Na Wen
Léo Fitz : Iain De Caestecker
Jemma Simmons : Elizabeth Henstridge
Adrianne Palicki : Bobbi Morse
Nick Blood : Hunter Lance
Henry Simmons : Alphonso "Mack" Mackenzie

Marion

L'avis de Marion : Complètement focalisé sur les Inhumains, la saison 3 est selon moi la meilleure fournie par la série. Toutefois, elle n'est pas exempte de défauts. 
    Scénarisitiquement parlant, le développement des inhumains était ce que l'on attendait tous. Ainsi l'expansion par une catastrophe naturelle était une idée simple mais séduisante pour plus d'inhumains. De plus, cela permet de remettre sur les rails une agence gouvernementale officielle, remplaçante du SHIELD, pour faire de la concurrence à ce brave Phil. À cela, s'entremêlent les recherches de Fitz (tellement plus importantes et passionnante je trouve) pour retrouver Simmons. Au début, j'avoue avoir trouvé que cette porte se refermait un peu trop facilement, et puis, les scénaristes ont trouvé le moyen de lier cela aux restes. Là arrive mon scepticisme. Sans trop en dévoiler sur l'intrigue, le lien avec Hydra est un peu trop tiré par les cheveux à mon goût et à cela j'ajoute qu'il est temps de laisser tomber la figure de Ward. S'il a certes bien été exploité dans les saisons précédentes, les scénaristes doivent faire leur deuil de ce personnage qui n'apporte plus grand chose. Enfin, j'accorde quand même qu'ils ont su nous offrir des rebondissements et des scènes poignantes malgré mes désaccords sur l'exploitation d'Hydra, au point de me tirer ma petite larme alors chapeau tout de même.
     Au niveau des personnages, je suis ravie de voir que Lincoln devient un régulier. Tout d'abord parce que son pouvoir est super chouette et puis parce qu'il faut bien un peu renouveler l'équipe. On en apprend un peu plus sur May en première partie de saison, notamment enfin pourquoi elle tient son surnom de Cavalerie et pourquoi elle le déteste. Daisy, anciennement nommé Skye, m'agace un peu plus qu'avant. Elle prend trop en confiance du fait de son statut, se permet trop de choses et est une fois de plus trop mis sur le devant de la scène. Le duo Hunter et Bobbi me plait toujours autant, ils sont un rafraichissement dans l'équipe, notamment Hunter du fait de ne pas être habitué à être dans les rangs. Le docteur Andrew aussi est un personnage intéressant car en relation avec May.
     Les effets spéciaux sont toujours d'une qualité satisfaisante, hormis pour les mutations physiques (le cas de Lash par exemple) où il faut ajouter des prothèses ou autres sur les acteurs, on voit tout de suite que ce n'est pas très naturel et en plastique. L'uniforme de Daisy est sympa mais une fois de plus, elle est la seule mise en valeur par une tenue. L'amélioration des armes, des gadgets est aussi un plus dans la série. On y retrouve la gageur super héros et espion à la fois.
      Le final en revanche n'est pas à la hauteur de mes espérances. Il annonce une nouvelle saison encore plus focalisé sur Daisy, des nouvelles possibilités qui ne m'intriguent pas plus que cela. Je n'étais pas du tout dans l'ambiance de ce double épisode mélodramatique. Je trouve même que c'est l'un des moins bons épisodes de la saison. Dommage pour un final. Toutefois, cela ne m'empêchera pas de regarder la saison suivante.
      En somme, une très bonne saison avec que peu de points négatifs, peut-être une petite traine en longueur sur l'intrigue Hive mais surtout un final pas à la hauteur du rythme effréné de la saison complète.

jeudi 28 avril 2016

Marvel's Agents of S.H.I.E.L.D.

Marvel's Agents of S.H.I.E.L.D.





Crée par Joss Whedon, Jed Whedon et Maurissa Tancharoen, Marvel's Agents of S.H.I.E.L.D. est inspiré du comics crée par Stan Lee et Jack Kirby. Mis en place après le film Avengers, la série  s'est offert un démarrage plutôt bon ainsi que l'intervention de plusieurs guest en lien avec l'univers Marvel (notamment le fameux caméo de Stan Lee) mais cela ne suffit visiblement pas à conquérir le public. En effet, si la saison 1 avait fait des scores satisfaisants en audience, la série ne fait que baisser depuis, passant de 6, 9 millions de téléspectateurs en moyenne pour la saison 1 à 4, 5 millions en moyenne pour la saison 2 puis à 3, 6 millions en moyenne pour la saison 3 qui connait un bas niveau historique. Cependant, la série a bel et bien été renouvelée pour une quatrième saison.

Synopsis : Alors que tous, lui le premier, pensait Phil Coulson mort, le voici sur pied, prêt à diriger sa propre équipe sous la demande de Nick Fury en personne. À bord de leur quinjet, Coulson et sa petite équipe sont une frappe de force tactique, prêt à intervenir sur le terrain pour veiller sur le monde à la moindre alerte depuis l'attaque de New-York. Lien entre humanité et aliens, ils sont le bouclier du monde.


http://la-gazette-fantastique.blogspot.fr/2013/10/marvels-agents-of-shield.html












http://la-gazette-fantastique.blogspot.fr/2016/04/marvels-agent-of-shield-saison-2.html








 




http://la-gazette-fantastique.blogspot.fr/2016/05/marvels-agents-of-shield-saison-3.html 




Marvel's Agents of S.H.I.E.L.D. - Saison 2

Marvel's Agents of S.H.I.E.L.D. - Saison 2

Affiche officielle de la série

Forts d'une première saison, les Agents du SHIELD sont de retour pour protéger le monde. Toujours mené par les frères Whedon (derrière les Avengers également), la saison est composée de 22 épisodes et a été reconduite pour une troisième en mai 2014. En plus de toujours parler d'événements se passant dans les films Marvel, la série ouvre une nouvelle voie pour introduire de nouveaux éléments qui seront exploités dans les films.

Synopsis : Après l'effondrement du SHIELD et la trahison de Ward, Coulson ne sait plus à qui faire confiance. Il doit pourtant réagir, Hydra utilise ses anciennes connexions pour récupérer les objets sensibles mis en quarantaine par le SHIELD et notamment des armes ou objets extra-terrestres à la puissance dévastatrice. Quels sont les plans de Hydra ? Que sont ces mystérieux symboles que l'on retrouve partout ?


Episodes :
  1. Les héros de l'ombre, diffusé le 23 septembre 2014, 5 980 000 téléspectateurs
  2. La chasse, diffusé le 30 septembre 2014, 5 050 000 téléspectateurs
  3. L'homme de glace, diffusé le 7 octobre 2014, 4 470 000 téléspectateurs
  4. Volte-face, diffusé le 14 octobre 2014, 4 700 000 téléspectateurs
  5. L'ennemi commun, diffusé le 21 octobre 2014, 4 360 000 téléspectateurs
  6. Le bien contre le mal, diffusé le 28 octobre 2014, 4 440 000 téléspectateurs
  7. La mémoire dans la peau, diffusé le 11 novembre 2014, 4 270 000 téléspectateurs
  8. Frères ennemis, diffusé le 18 novembre 2014, 4 580 000 téléspectateurs
  9. La cité perdue, diffusé le 2 décembre 2014, 5 360 000 téléspectateurs
  10. Transformation, diffusé le 9 décembre 2014, 5 290 000 téléspectateurs
  11. Répliques, diffusé le 3 mars 2015, 4 480 000 téléspectateurs
  12. Mémoire d'Asgardienne, diffusé le 10 mars 2015, 3 800 000 téléspectateurs
  13. La vengeance de Cal, diffusé 17 mars 2015, 4 340 000 téléspectateurs
  14. Le vrai SHIELD, diffusé le 24 mars 2015, 4 290 000 téléspectateurs
  15. Sécession, diffusé le 31 mars 2015, 4 260 000 téléspectateurs
  16. Au-delà de la brume, diffusé le 7 avril 2015, 4 240 000 téléspectateurs
  17. Melinda, diffusé le 14 avril 2015, 4 040 000 téléspectateurs
  18. Connais ton ennemi, diffusé le 21 avril 2015, 4 450 000 téléspectateurs
  19. Les Six fantastiques, diffusé le 28 avril 2015, 4 570 000 téléspectateurs
  20. Cicatrices, diffusé le 5 mai 2015, 4 450 000 téléspectateurs
  21. Incontrôlables, diffusé le 12 mai 2015, 3 880 000 téléspectateurs
  22. Sans merci, diffusé le 12 mai 2015, 3 880 000 téléspectateurs
Casting principal :
Phil Coulson : Clark Gregg
Grant Ward : Brett Dalton
Skye : Chloe Bennet
Melinda May : Ming-Na Wen
Léo Fitz : Iain De Caestecker
Jemma Simmons : Elizabeth Henstridge
Adrianne Palicki : Bobbi Morse
Nick Blood : Hunter Lance
Henry Simmons : Alphonso "Mack" Mackenzie

Marion

L'avis de Marion : La série reprend quasi strictement là où elle s'est arrêtée, en pleine tourmente après l'effondrement du SHIELD et la décision de Coulson de continuer dans l'ombre.
    L'intrigue se met en place avec douceur, introduisant peu à peu le vrai sujet. C'est plutôt habile et permet une fois de plus de voir si la série tient la route en terme d'audiences. Le scénario se déroule en deux parties. La première consiste à traquer les agents d'Hydra infiltrés dans le SHIELD et les empêcher d'accéder aux dangereuses ressources. Cette mission se précise quand Coulson et son équipe réalisent qu'un artefact en particulier est recherché. La seconde partie est sur les conséquences des pouvoirs de cet artefact, comment il modifie le monde tel que les agents le connaissent et donc comment il s'agit de gérer ce changement. L'articulation des deux morceaux est bien faite car la série prend son temps pour installer chaque intrigue. On a d'ailleurs le plaisir de recroiser Lady Sif de Thor pour un épisode en guest qui non seulement contente les fans mais est aussi crucial pour l'intrigue. La saison 2 compile réussit à bien combiner fan-service et efficacité, comblant la mollesse de la première saison. La tension monte crescendo avec une fois de plus une fin de saison et un final qui ébranle et laisse à présager de nouveau du lourd pour la saison suivante.
   En terme de personnages, la saison 1 avait fait fort sur le final avec le volte face de Ward. On a envie d'y croire à son retour parmi les gentils non seulement parce qu'il était sympathique mais en plus parce que c'est une série ABC, les gentils restent gentils en théorie. Ward devient un maillon primordial de la série et l'exploitation de son passé essentiel pour comprendre comment il en est arrivé là et ce qu'il va faire. 
   L'exploitation de nouveaux personnages pour combler les agents manquants est aussi agréable. Une fois de plus, les choix sont bien faits et je me surprends à aimer tout le monde dans cette équipe. Dans les nouveaux, surtout Hunter, sa manie de rabâcher sur son ex-femme et son accent anglais. Bobbi aussi est bien classe et fait de la concurrence à May. 
   Toutefois, je reproche une mise en avant trop exacerbée de Skye, encore une fois. Que ce soit dans le scénario ou dans ses relations avec les autres personnages, elle prend une ampleur que je ne souhaitait pas. À l'instar de Raina, méchante qui m'est antipathique et dont le retour m'a très fortement déçu.
   ABC prouve dans cette seconde moitié de saison qu'ils sont capables de faire des effets spéciaux digne de ce nom (cf. Once Upon A Time et leur qualité graphique qui arrachent les yeux) grâce à l'intrigue de seconde saison dans l'Afterlife (dont j'ignore le nom en français). Les pouvoirs de ceux que les agents affrontent sont bien faits et me soulagent un peu du fait que cela semble être bien parti pour se prolonger sur la saison 3.
    En somme, Agents of SHIELD continue de me séduire par son encrage dans l'univers Marvel et une mise en place, une présentation nouvelle de héros qui feront le sujet d'un film si l'on en croit les dires. Action, rebondissements, attachements aux personnages, la série ne m'a pas fait défaut une seule fois. 

mercredi 27 avril 2016

Supergirl

Supergirl

Affiche officielle de Supergirl



Supergirl est la nouvelle série de CBS, crée par Allison Adler, Andrew Kreisberg et Greg Berlanti. L'équipe à la production est notamment en partie celle pour Arrow et The Flash, ce qui donnait de bons espoirs aux fans. La série a eu assez de succès au cours de la saison 1 pour être validée sur 20 épisodes mais on n'en sait pas plus pour une éventuelle saison 2.


Synopsis : Alors que la planète Krypton est mourante, la famille El décide d'envoyer l'espoir de leur civilisation, Kal-El, sur Terre. Un second vaisseau le suit, celui de sa cousine Kara Zor-El, afin qu'elle veuille sur lui. Mais un trou noir la dévie de sa trajectoire et le temps qu'elle arrive sur Terre, son cousin est déjà devenu le célèbrissime Superman. Coincée dans une vie ordinaire avec des pouvoirs extra-ordinaires, Kara fait de son mieux pour se dissimuler à la vue de tous jusqu'à ce qu'une menace se profile sur la Terre. Elle fera ses premiers pas en tant que Supergirl pour sauver sa ville !

Episodes :
  1. Pilot, diffusé le 26 octobre 2015,
  2. Stronger together, diffusé le 2 novembre 2015, 13 millions de téléspectateurs
  3. Fight or Flight, diffusé le 9 novembre 2015, 8, 9 millions de téléspectateurs
  4. Livewire, diffusé le 16 novembre 2015, 8, 1 millions de téléspectateurs
  5. How does she do it ?, diffusé le 23 novembre 2015, 7, 8 millions de téléspectateurs
  6. Red faced, diffusé le 30 novembre 2015, 7, 2 millions de téléspectateurs
  7. Human for A Day, diffusé le 7 décembre 2015, 8 millions de téléspectateurs
  8. Hostile Takeover, diffusé le 14 décembre 2015, 7, 7 millions de téléspectateurs
  9. Blood Bonds, diffusé le 04 janvier 2016, 8, 7 millions de téléspectateurs
  10. Childish Things, diffusé le 18 janvier 2016, 8, 8 millions de téléspectateurs
  11. Strange Visitor from another planet, diffusé le 25 janvier 2016, 7, 9 millions de téléspectateurs
  12. Bizarro, diffusé le 1er février 2016, 6, 7 millions de téléspectateurs
  13. For the girl who has everything, diffusé le 8 février 2016, 7, 9 millions de téléspectateurs
  14. Truth, Justice, and the American Way, diffusé le 22 février 2016, 7, 3 millions de téléspectateurs
  15. Solitude, diffusé le 29 février 2016, 6, 7 millions de téléspectateurs
  16. Falling, diffusé le 14 mars 2016, 6, 5 millions de téléspectateurs
  17. Manhunter, diffusé le 21 mars 2016, 6 millions de téléspectateurs
  18. Worlds Finest, diffusé le 28 mars 2016, 7, 2 millions de téléspectateurs
  19. Myriad, diffusé le 11 avril 2016, 6, 1 millions de téléspectateurs
  20. Better Angels, diffusé le 18 avril 2016, 6, 1 millions de téléspectateurs
 Casting principal :
 Kara Danvers/ Supergirl : Melissa Benoist
Jimmy Olsen : Mehcad Brooks 
Cat Grant : Calista Flockhart
Alex Danvers : Chyler Leight
Winn Schott : Jeremy Jordan (II)
Maxwell Lord : Peter Facinelli
Lucy Lane : Jenna Dewan-Tatum

Marion

  


L'avis de Marion :
Pas vraiment fan de la famille de super héros au S et cape rouge, je me suis pourtant laissée tenter par Supergirl. Les raisons ? Un casting sympathique et ma passion des super-héros !
     Le premier épisode donne le ton, Kara Danvers est quelqu'un d'assez discrète, timide, qui compte sur ses amis et n'ose rien faire face à l'ombre écrasante de son super-héros de cousin. Elle a toujours eu la tentation d'agir sans oser le faire, alors quand sa soeur adoptive est en danger, elle n'hésite plus. Les raisons des débuts de la jeune femme sont logiques et donc ont du sens. De là, petit à petit, le spectateur la voit s'essayer progressivement cette nouvelle vie, jonglant avec son travail, se trouver un costume, des alliés, comment se battre contre des extra-terrestres quand on est juste assistante sans formation martiale, et j'en passe. L'héroïne se construit progressivement, elle se remet en question, on ressent fortement son côté humain et c'est quelque chose que j'ai très vite apprécié dans la série.
     Niveau scénario, la série a commencé très fort en impliquant d'entrée d'autres kryptoniens afin d'avoir une connexion intime avec le passé de l'héroïne. Toutefois, au milieu de la série, la menace extra-terrestre kryptonienne devient bien trop absente pour se disperser parmi tous les autres aliens de Fort Rozz. Les ficelles restent tout de même bien tirées pour impliquer tous les personnages, même les secondaires, et réexploiter même les méchants secondaire sur plusieurs épisodes. Un gros plus qui est aussi un moins pour moi, l'apparition de l'un des personnages de la Justice League. Un bon point car le personnage est très bien exploité et liée à Kara mais un moins aussi car le charisme du personnage prend le dessus sur Supergirl tout autant aussi pour son histoire personnel. Le personnage est trop mis en avant, éclipsant un peu l'héroïne ce que je trouve dommage. Ce n'est pas une série avec un scénario dingue qui marquera l'histoire mais le show est divertissant, plaisant à regarder, sans aucune faute scénaristique à se tirer les cheveux, pas de prise de tête et je n'en demande pas plus.
    La relation entre Cat Grant et Kara est à la fois touchante et amusante. Sa patronne est une femme exigeante, très Diable s'habille en Prada, et je retrouve le même humour qui fait mouche.
    Le casting prend corps avec des acteurs que j'ai pris plaisir à retrouver (Mehcad Brooks de True Blood, le papa Danvers ancien Superman, Chyler Leight de Grey's Anatomy, Calista Flockhart inoubliable Ally McBeal et j'en passe). Chacun trouve sa place dans la série avec une histoire personnelle exploitée même que légèrement pour donner du relief aux personnages tout en renforçant les liens avec Kara.
    Niveau effets spéciaux et costumes, je suis contente du travail qui a été fait sur celui de Supergirl. Les concepteurs ont été malins et choisi une tenue proche de celle du Man of Steel, avec des matières qui sont semblables et donnent une uniformité à l'univers. Hormis le souffle glacial, les pouvoirs de la jeune femme passe bien à l'écran et ne sont pas ridicules, ses adversaires ont une qualité graphique tout aussi honorable. Le seul point noir reste le fameux personnage introduit au milieu de saison. En image de synthèse, même son costume passe mal. À retravailler s'il y a une saison 2.
    En somme, une série sympathique par un scénario proche de l'univers DC, sans prétention, un niveau graphique honorable. Quand on n'attend pas grand chose de la série, comme ce fut mon cas, elle ne peut que vous satisfaire.  

jeudi 3 décembre 2015

Sagas des neuf mondes

Sagas des neuf mondes


https://www.editions-flammeche.com/wp-content/uploads/2015/02/yggdrasil-150.jpg 
 Editions Flammèche, 162 pages, couverture de Catherine Nodet


Sagas des neuf mondes n'est pas le livre le plus connu de Pierre Efratas mais c'est le seul paru chez Flammèche Editions. Publié le 1er octobre 2014, c'est un recueil qui comporte cinq histoire mythologique. Quatre d'entre elles sont sorties individuellement chez Flammèche en ebook pour la modique somme de 1,49 €. L'auteur ayant a cœur de rester au plus proche des mythes, il s'est évertué à les narrer de la manière la plus fidèle possible, son but étant d'introduire à un large public quelques notions de mythologiques nordiques, loin des dérivés que l'on peut connaitre par Thorgal ou Thor, pour ne citer qu'eux.
Prix : Flammèche : 18,50 €

Au cœur de notre vaste univers se dresse un majestueux frêne au tronc solide et aux branches vigoureuses sur lesquelles reposent neuf royaumes. Son nom : Yggdrasil. Ami, prenez place ! En cette froide nuit d’hiver, Bjarni Olofsson, le scalde vagabond du Nord, a fait halte à notre porte pour nous conter l’histoire de ces mondes merveilleux où vivent de puissants dieux, de courageux mortels et d’étranges créatures. Tremblez devant la colère de Thór ! Indignez-vous des fourberies de Loki ! Partagez la douleur de Freyja… Mais n’oubliez pas : côtoyer les dieux peut s’avérer dangereux.
Résumé officiel

Marion

L'avis de Marion : Aimant la mythologie depuis toujours, je me suis laissée séduire par ce petit livre ua stand des éditions Flammèche lors de ma visite du salon du fantastique de Paris en novembre 2014.
La première chose que j'ai adoré sur ce livre : sa fabrication. Si le livre peut paraitre cher au premier abord, on comprend très vite les raisons en l'ayant en main. Tout d'abord la couverture est cartonnée donnant tout de suite un aspect beau livre. Le dos est arrondi ce qui fait que malgré la lecture, le livre ne se marquera pas à cet endroit. Le format de 15x21, proche du digest, le rend plus grand qu'un livre de poche mais plus petit qu'un grand format et donc plus maniable. À l'intérieur, le papier est épais, la mise en page est soignée avec des motifs nordiques entre les paragraphes et à côté de la pagination. Chaque page de titre des nouvelles sont soigneusement mises en page avec la même typographie que sur la couverture. Enfin, les illustrations finales. Réalisées sur papier glacé, elles donnent un plus au livre qui contribue toujours à cet aspect beau livre. Une très belle fabrication donc qui justifie le prix. Le seul point (qui est chipoté), j'aurai plutôt mis le titre de la nouvelle sur la fausse page (page de gauche en haut) au lieu du titre du recueil ou en titre courant (au milieu de la page) sans préciser l'auteur sur la belle page (celle de droite donc).
   Contrairement à d'habitude, je ne commenterai pas scénario ou histoire car ce sont des mythes, l'auteur n'a donc eu que de choix que de s'y tenir. J'ai pris grand plaisir à les lire car je ne connaissais que leurs versions détournées par Thorgal. Les nouvelles sont accessibles à tous, comme le veulent les mythes de toute façon. Ils abordent amour, malice des dieux, mais surtout la grande aventure que chaque humain veut vivre pour se faire reconnaitre de dieux et prouver sa valeur auprès des siens. Des aventures classiques mais efficace qui séduiront tout public.
    Pierre Efratas m'avait dit écrire de façon romanisée les mythes afin qu'il soit accessible à tous. Toutefois, l'écriture assez précieuse et même soutenue de l'auteur, qui se joue de la langue tel le "scalde" qu'il se plait à jouer, n'est pas évidente pour un lecteur non avisé. Presque comme un historien, il utilise un vocabulaire soigné qui donne une impression d'un texte d'époque au point qu'un petit lexique est mis à disposition à la fin du livre.
  En définitif, j'ai adoré ce petit livre autant pour l'objet en lui-même que le contenu.

mardi 10 novembre 2015

Once Upon A Time - Saison 5

Once Upon A Time 

Saison 5

Affiche officielle de la saison 5


Série  sur le déclin, Once Upon A Time a lancé la diffusion de sa cinquième saison, de moins en moins suivie, le dimanche 27 septembre 2015. Cette saison comportera 23 épisodes du fait d'un double épisode final et sera probablement découpée en deux arcs. Les plus impatients et les plus fidèles peuvent retrouver les épisodes chaque lundi -après la diffusion le dimanche et un temps de traduction pour les regarder en VOSTFR - car les épisodes ne seront pas disponible avant un an, un an et demi en France. Cette saison est la plus catastrophique en terme d'audiences. La première saison ne descendait pas en dessous des 8 millions de téléspectateurs, cette cinquième ne dépasse pas les 6 millions et racle les bas fonds avec des scores de 3,5 millions. Pourtant une sixième saison a été annoncée.

Synopsis : Emma, devenue la Ténébreuse, plonge les habitants de Storybrooke dans le tourment. Alors qu'ils étaient à Camelot, cherchant l'aide de Merlin pour vaincre la noirceur en elle, les voici de nouveau à Storybrooke, leurs souvenirs perdus, et face une Emma déterminée à les faire payer pour une erreur commise. Le retour de la sauveuse est-il possible ? Mais que s'est-il donc passé à Camelot ?
 Episodes :
  1. The Dark Swan, diffusé le 27 septembre 2015, 5 900 000 téléspectateurs
  2. The Price, diffusé le 4 octobre 2015, 5 400 000 téléspectateurs
  3. Siege Perilous, diffusé le 11 octobre 2015, 5 200 000 téléspectateurs
  4. The Broken Kingdom, diffusé le 18 octobre 2015, 4 900 000 téléspectateurs
  5. Dreamcatcher, diffusé le 25 octobre 2015, 5 100 000 téléspectateurs
  6. The Bear and The Bow, diffusé le 1 novembre, 4 800 000 téléspectateurs
  7. Nimue, diffusé le 8 novembre, 4 900 000 téléspectateurs
  8. Birth, diffusé le 15 novembre, 4 900 000 téléspectateurs
  9. The Bear King, diffusé le 15 novembre, 4 900 000 téléspectateurs
  10. Broken Heart, diffusé le 29 novembre, 4 320 000 téléspectateurs
  11. Swan Song, diffusé le 6 décembre, 4 600 000 téléspectateurs
  12. Souls of the Departed, diffusé le 6 mars, 4 000 000 téléspectateurs
  13. Labor of Love, diffusé le 13 mars, 4 300 000 téléspectateurs
  14. Devil's Due, diffusé le 20 mars, 3 500 000 téléspectateurs
  15. The Brothers Jones, diffusé le 27 mars, 3 500 000 téléspectateurs 
  16. Our Decay, diffusé le 3 avril, 3 800 000 téléspectateurs
  17. Her Handsome Hero, diffusé le 10 avril, 3 800 000 téléspectateurs
  18. Ruby Slippers, diffusé le 17 avril, 3 800 000 téléspectateurs
  19. Sisters, diffusé le 24 avril, 3 900 000 téléspectateurs
  20. Firebird, diffusé le 1er mai,
  21. Last Rites, diffusé le 8 mai
  22. Only You, diffusé le 15 mai,
  23. An Untold Story, diffusé le 15 mai,

Casting principal :
Régina/ La méchante reine : Lana Parrilla
Mary-Margaret/ Blanche-Neige : Ginnifer Goodwin
David/ Charmant : Josh Dallas
Emma : Jennifer Morrison
Henry : Jared Gilmore
Mr Gold/ Tracassin (Rumpelstiskin en VO) : Robert Carlyle
Hook/ Crochet : Colin O'Donoghue
Arthur : Liam Garrigan
Merlin : Eliott Knight
Merida : Amy Mason
Zelena : Rebecca Mader

L'avis de Marion : Après un final particulièrement alléchant, la quatrième saison de Once Upon A Time avait réussi à me convaincre de poursuivre l'aventure malgré une baisse d'intérêt. Peut-être aurais-dû m'en tenir à cet avis en voyant la première moitié de saison.
   La première partie de saison 5 se concentre sur nos héros habituels à la différence donc qu'Emma a cédé aux ténèbres. Nouvel élément clef de la saison, c'était le détail censé faire tout basculer. J'ai été que déçue par cette mise en place. Forcément, quand on fait la comparaison entre Rumplestiskin et Emma, il est difficile de supporter la différence. De plus, l'intrigue à Camelot est mollassonne, prévisible au possible, sans surprise et tristement plate. Un petit sursaut a été fait avec Nimue et le passé de Merlin, mais une fois de plus la conclusion a été trop facile et prévisible.
   Je ne m'attarde pas sur les effets spéciaux qui sont aussi misérables que d'habitude pour plutôt m'attaquer aux costumes. D'habitude, Once Upon A Time fournit une variété assez appréciable de costumes que ce soit dans les divers flash back concernant la méchante reine ou encore Snow. Toutefois, chacun garde une tenue de référence pour identifier le personnage. La pratique a été bien trop mise en oeuvre dans cette saison puisque les personnages ne changent pas une seule fois de tenue. Tout semble s'appauvrir dans la série. 
   J'approuve cependant la disparition progressive de Henry dans le paysage, les efforts sans cesse renouveler de Regina pour être bonne, je suis agacée en revanche du sempiternel retour de méchant et dans ce cas là, celui de Zelena, une méchante que je n'ai jamais su apprécier.
   Le mid-season s'achève sur une possibilité de clôturer la série qui me plait bien (avec je dois le reconnaitre beaucoup d'émotions). Les héros vont aux Enfers, chercher l'un de leur camarade qui a malencontreusement atterri là bas. Mes envies de happy-end et fin de série sont contrariés par ABC qui décide de faire une sixième saison.
  Si certes, la seconde moitié de saison est meilleure à la première - c'était pas bien dur il faut dire - ce n'est toutefois pas assez pour me faire acheter une suite. Nouveau méchant : Hadès, roi des enfers. Dans la théorie, c'est une bonne idée, dans la pratique, j'en veux pas du tout. Le personnage Disney est plein de charisme, d'humour et de classe notamment par ses flammes qui se modulent selon son humeur. Alors Once Upon A Time a décidé de faire la même chose mais avec la qualité graphique assez limité qu'on lui connait. Résultat, Hadès est plutôt minable, qui plus est pas très présent dans son rôle de maître des enfers. La série s'éparpille dans tous les sens pour trouver la fin heureuse de toutes les âmes errantes et on a du mal à se focaliser sur le but réel : sauver tout le monde ? Vaincre Hadès ? Sortir simplement des Enfers ? Réparer les fautes passées ? Faire ami-ami avec tout le monde ? 
   Second point, les scénaristes et décorateurs n'ont pas cherché bien loin pour le décor des Enfers : Storybrooke version rouge et délabré. Non seulement c'est facile mais en plus cela enlise le scénario. Les personnages sont confiants du fait de connaitre le terrain, les similarités entre les Enfers et le monde réel font qu'ils agissent comme si c'était leur ville. Bref, les Enfers sont devenus le far west, tout le monde il fait sa loi.
   Il ne me reste maintenant plus que le final pour trancher définitivement sur cette seconde moitié de saison.