lundi 20 août 2012

La couleur de l'âme des anges


La Couleur de l'âme des anges



Éditions Robert Laffont, 444 pages, illustration de Thinkstock



La Couleur de l'âme des anges, premier tome d'une duologie, est le douzième livre de l'auteur Sophie Audouin-Mamikonian, sorti en en janvier 2012 aux éditions Robert Laffont. On doit la couverture artistique au photographe Thinkstock. L'auteur se coupe de son univers habituel en abordant le thème de la vie après la mort en s'adressant à un public plus mûr, conseillé au plus de quinze ans par Robert Laffont, mais tout en restant dans la veine fantastique qui la caractérise.
Pour anecdote, Sophie Audouin-Mamikonian a trouvé l'inspiration de ce roman lors d'une balade familiale à l'exposition Bruges 2002 « Jane Van Eyck, les primitifs flamands et le Sud ». Elle est en effet restée plus d'une heure devant le même tableau qui l'a fascinée : Vierge à l'Enfant entourée d'anges - tableau ci-dessous - peint par Jean Fouquet, un peintre français. L'oeuvre représente la Vierge entourée d'angelots bleus et rouges, après réflexion l'idée lui apparaît comme évidente : les anges ont eu une couleur en fonction des sentiments et se nourrissent de ceux-ci.


Vierge à l'enfant entourée d'angelots de Jean Fouquet


Jérémy Galveaux, petit français de 23 ans émigré à New York, avait tout pour réussir : génie du monde financier, il était en passe de devenir l'un des plus jeunes traders. Il ne le deviendra jamais puisqu'il est mort décapité par un samouraï en plein New York au XXIème siècle. Il découvre avec surprise qu'il est bien mort mais qu'il vit tout de même dans un monde d'anges aux couleurs variées.
De plus, les anges, bien que morts, peuvent eux aussi mourir s'ils ne se nourrissent pas des sentiments des êtres humains. Jérémy tente alors de survivre dans ce nouveau monde qui est le sien mais ne peut se détacher du monde des vivants et décide d'enquêter sur sa mort. L'enquête le mène alors vers Allison, une ravissante jeune femme de vingt ans bien vivante, qui a été témoin de son meurtre et qui est donc potentiellement en danger. Saura-t-il protéger cette belle jeune femme dont il semble s'enticher un peu plus chaque jour ?
Prix: Robert Laffont: 18, 15€

Marion


L'avis de Marion : J'ai acheté ce livre un peu sceptique quant à sa raison d'être chez les jeunes adultes et craignais de retrouver trop des traits de Tara Duncan, une série que je connais très bien depuis des années. J'attendais donc beaucoup de ce nouveau livre de Sophie Audouin-Mamikonian que j'admire beaucoup. Mes attentes ont été plus que comblées. Sophie Audouin-Mamikonian a su créer un univers unique et vivant où les sentiments ont le premier rôle de l'histoire. Les personnages sont très attachants, notamment les deux héros Jérémy et Allison qui sont tous deux hors normes à leur façon, mais aussi construit d'une manière plus complexe que je m'y attendais. Ils ont beau être des anges, ils n'en gardent pas moins une part humaine et malgré leurs nouveaux pouvoirs, ils ne sont pas des super-héros qui réussissent tout: ils connaissent l'échec, la peur, la trahison et toutes autres traits parfaitement humains. Une surprise que j'ai eu le plaisir de retrouver au niveau des rebondissements de scénario qui sort du chemin, si prévisible, que je lui avais tracé. Sophie Audouin-Mamikonian a su réinventé un monde sans se détacher de ce même univers dans lequel nous vivons, plus encore, elle le décortique, l'explique et n'hésite pas par la même occasion à le critiquer.
L'écriture caractéristique est toujours aussi appréciable, un savant mélange et équilibre entre familier et littérature qui prouve une fois de plus que les deux sont conciliables. Le nom des chapitres est bien choisi et construit sur le même modèle : « le goût de ... », un modèle qui nous donne un avant-goût de ce qui se passera dans chaque chapitre et nous donne envie de lire toujours un peu plus le livre.
Il m'est avis que ce roman est le meilleur que nous ait donné Sophie Audouin-Mamikonian et j'attends avec impatience la suite et fin de cette série aux possibilités infinies.
Avis à ceux qui le liront, mention spéciale pour Albert, vous le reconnaîtrez et comprendrez.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire