jeudi 28 février 2013

La Reine des Amazones


La Reine des Amazones

Réalisation de Vittorio Sala, production de Galatea Film, Glomer Film, Enzo Merolle


La Reine des Amazones est un film américano-italien réalisé par Vittorio Sala, il a été tourné en 1960 et est sorti sur les écrans français dans la même période environ, les dates précises nous sont inconnues. Il a fait un peu plus de 560 000 entrées, ce qui est peu de nos jours, et est sorti en VHS à une date désormais inconnue et n'a jamais été réadapté en DVD.
Le film est basé sur le mythe des Amazones, les redoutables femmes guerrières réputées pour être cruelles, sans merci, douées d'une férocité sans pareille au combat et tueuses d'hommes dans une société uniquement composée de femmes.

Casting principal :
Pirro : Rod Taylor
Glaucus : Ed Fury
Antiope : Dorian Gray
Melitta : Daniela Rocca

La guerre de Troie est finie et laisse derrière elle nombre de morts mais aussi de héros. Parmi eux, on trouve Pirro et Glaucus, le premier étant un beau parleur manipulateur et l'autre un héros fort comme un bœuf. A la recherche d'or et de gloire, ils embarquent sur un bateau afin de le protéger d'éventuel assaillant. Mais les deux amis se font avoir et tous l'équipage est laissé pour compte sur une île isolée. Ils ont atterri sur la terrible île des Amazones. Grâce à la ruse de Pirro et au charme de Glaucus, parviendront-ils à se tirer vivant de ce mauvais pas ?

Marion

L'avis de Marion : Bon, étant une fan absolue de Jasonet les Argonautes, j'attendais beaucoup de ce film qui me paraissait prometteur et décalé de ce qu'on peut faire de nos jours. Pour ce qui est du décalé, j'ai tout eu mais pour ce qui est du reste, c'est le néant …
Premier point, ne surtout pas se fier à l'affiche qui n'est pas du tout à l'image du film. Ensuite, le scénario est tellement vide que je me demande même si ce n'est pas une offense aux autres films que de lui accorder l'honneur de l'appeler scénario. Le film n'a aucun rythme puisqu'aucun scénario tangible. Il n'y a aucun respect du mythe et le soi-disant complot, que prône certains résumés, contre la reine est peu présent.
Les décors sont pas trop mal pour ce qui est des bâtiments, le reste on peut apercevoir sans cesse les fonds et toiles utilisées. À cela s'ajoute des costumes franchement pas terrible. Les hommes ont des tuniques, certes comme le veux l'habit grec traditionnel, mais est-il obligé qu'elle s’arrête au ras des fesses ? C'est tout simplement ridicule. Les Amazones portent des « body » mi tissu/cotte de maille/ mi tissu rouge avec une ouverture sur le sein gauche qui le laisse ressortir complètement légèrement soutenu par une bande noir. Quel est l'utilité d'un tel accoutrement ? Peut-être le costumier a-t-il cherché à faire ressortir un sein plus que l'autre pour donner l'impression qu'elles n'en ont qu'un comme se l'accordent certains mythes ? Toujours est-il que c'est étrange.
Le mythe est bafoué et le film remplit d'un misogyne criant et frappant. Les farouches femmes guerrières rompues au combat et meurtrières ne sont que des gourgandines gloussantes qui n'ont aucune fierté (et même pas l'ombre d'un cerveau pour certaines). Leur art de la bataille est minime si ce n'est inexistant. Même en y mettant de la bonne volonté, je ne pourrais pas trouver un compliment à faire sur ces amazones qu'on a ridiculisées. Oui ridiculisées, parce qu'il est ridicule qu'un peuple entier formé au combat soit incapable d'arrêter un équipage de pirate. Bien entendu, elles doivent attendre l'arrivée des hommes pour être sauvées. Conclusion, le réalisateur s'est servi de ce mythe pour faire un film misogyne et caricatural où les femmes ne peuvent survivre sans hommes. Je retiendrai notamment ce passage fortement inutile où les Amazones dansent pendant un long moment pour aboutir à rien du tout si ce n'est utiliser la femme comme un objet de d'exhibition.
Le seul point positif dans ce film est la musique qui est à la hauteur de la réputation des péplums : joyeuse, comique, théâtrale. Un léger point positif aussi qu'on retire par rapport à aujourd'hui, la femme n'est pas dans ce règne de la maigreur qu'on a de nos jours et les actrices, malgré qu'elles soient toujours avec les jambes nues, sont proportionnées comme le commun des mortels qu'on jugerait gros avec les standards de nos jours. Ce fut la seule chose qui faisait plaisir à voir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire