samedi 20 avril 2013

L'Aube des Dragons

La Ballade de Pern

L'Aube des Dragons


Editions Pocket, 440 pages, illustration de W. Siudmak, traduction de S. Hilling

L'Aube des dragons est le neuvième tomes de La Ballade de Pern, un cycle de fantasy de Anne McCaffrey. Paru en 1988 sous le titre de Dragonsdawn, il est le premier volume chronologiquement parlant des aventures sur Pern mais n'est en aucun cas le premier volume paru qui compose la Ballade puisque Le vol du dragon est sorti vingt ans plus tôt. Une des preuves incontestables de son succès : il fut édité une première fois en 1990 par Pocket puis à nouveau en 1991, 1998, 2000, 2009 et enfin en 2010 pour l'intégrale, toujours par Pocket.

Après un voyage de quinze ans dans l'espace en animation suspendue, les colons terriens arrivent sur Pern avec un seul objectif en tête : y vivre une vie d'agriculteur afin de protéger cette planète et ne pas la polluer comme la Terre. Idéalistes, les colons veulent d'un monde où personne ne les gouverneront et où chacun sera égal. Alors que la vie s'organise et que chacun profite de son indépendance, une pluie de filaments argentés et voraces s'abat sur Pern. Désemparés, les Pernais se doivent de réagir. Et si la réponse se trouvait auprès de leur petits compagnons, les lézards de feu ?
Prix : Intégrale I : 12, 80 €, contient également Les dauphins de Pern et L'oeil du Dragon

Marion

L'avis de Marion : Un des avantages majeurs à lire Anne McCaffrey est le suivant : je suis rarement déçue ! Et ce tome-ci obéit à la règle.
L'histoire peut sembler redondante puisque ayant lu dans l'ordre de parution je sais les événements futurs mais, là est tout le talent de l'auteur, au contraire on prend plaisir à découvrir en profondeur l'histoire des premiers colons, restée si flou dans les tomes précédents. Ainsi on découvre la naissance des dragons, la première chute de Fils, les raisons du départ du continent méridional, les raisons de l'installation sur Pern, et, le summum du plaisir, qui étaient les personnes qui ont donné leur nom au Weyr et Fort. C'est que du bonheur d'explorer ces débuts maladroits et avides de connaissance. Un seul défaut pour ma part, le début est un peu dur car composé science fiction pur, rempli de détails techniques, de gadgets électroniques, d'engins volants et autres. Aucun soucis si vous appréciez le genre mais j'en ai une aversion profonde pour ma part.
Une fois de plus, le style d'écriture de Anne McCaffrey est enchanteur. Elle réussit à toujours captiver le lecteur alors que chacun de ses livres relatent majoritairement les mêmes scènes – des combats de dragons contre les Fils – mais chaque tome a son intensité et semble même aller de plus en plus en intensité. Une fois de plus, Anne McCaffrey a su même mettre les larmes aux yeux, des larmes que j'ai retenu avec grandes peines seulement parce que j'étais dans un lieu public.
Les personnages sont nobles, idéalistes, touchants et si justes. Paul Benden et Emily Boll sont notamment de bons personnages. Ils regroupent toutes ces qualités mais avec un sens de la réalité très ancré par leur expérience de la guerre et des horreurs que l'humain peut faire. Sorka et Sean sont les jeunes plein de vie et mignons dans leur évolution. Sallah Telgar et Tarvi Andyar sont sans contestes le couple qui m'a le plus touché. Sallah est une jeune femme décidée, protectrice, qui veut tout tenter pour cette nouvelle planète en laquelle elle veut croire. Sa confrontation avec Avril Bitra est l'un des moments phares du roman selon moi. Tarvi est un homme pratique, charmeur et avec un sens du devoir particulier aussi. J'ai été partagé sur ce personnage mais les événements m'ont fait tranché dans le positif.
Je finirais sur des coquilles qui entachent légèrement la lecture et dont j'espère qu'elles ont été corrigée dans les éditions postérieures – mon édition étant tout de même celle de 2000 et signifie donc qu'elle a hérité des coquilles des éditions antérieures.
En somme, j'ai vraiment adoré ce voyage dans le temps qui m'a autant plu que fasciné. A lire, sans conteste comme le reste de l'oeuvre de McCaffrey.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire