vendredi 24 mai 2013

Le Retour


Journal d'un vampire

Le Retour


Editions Black Moon, 522 pages, traduction de M. Desurvire, illustration de F. Deviller/ JLP/S. Torres/Corbis


Le Retour est le troisième tome des aventures du trio Elena, Damon et Stefan, les personnages crées par L. J. Smith. Publié comme le premier tome d'une nouvelle trilogie aux Etats-Unis, The Return : Nightfall, est le premier livre du grand retour de l'auteur en 2009. Il fut édité l'année suivante par Hachette dans la collection Black Moon.

Elena est revenue d'entre les morts sous la forme d'un être pur éblouissant de bonté mais avec un esprit d'une enfant, elle ne sait plus parler, ni même écrire et ne reconnait pas ses amis. Elena apprend donc petit à petit à redevenir elle-même grâce à ses amis Bonnie, Meredith, Matt et Stefan. Cependant, il semblerait que le retour d'Elena ait fait surgir une énorme quantité de pouvoir qui attire des créatures maléfiques sur Fell's Church comme Meredith, Bonnie et Matt en font la désagréable expérience en se faisant attaquer par les arbres. De plus, des jeunes filles de Fell's Church se comportent étrangement en allant même jusqu'à se mutiler extrêmement. Mais comment combattre un ennemi invisible dont on ignore tout ?
Prix : Black Moon :16, 50 €

Marion

L'avis de Marion : Autant les nouvelles forces maléfiques de Fell's Church sont convaincantes, autant les multiples transformations d'Elena m'ont fortement agacée au point même de me gâcher mon plaisir. Je n'ai donc trouvé ce livre que très moyen et comprend pourquoi beaucoup de personnes se sont arrêtés à ce tome.
Tout d'abord, comme je le disais, le scénario est très bien porté par des forces démoniaques convaincantes qui jouent tout en subtilité les moments d'apparition. Seulement, je trouve que les idées scénarios concernant Elena sont très clairement abusées. Récapitulons : non seulement Elena a tous les garçons de sa ville qui lui court après mais en plus elle commence simple humaine pour ensuite devenir vampire, dans Les Ténèbres, elle passe du stade de vampire à esprit coincé entre deux mondes pour finalement ressusciter dans la fin de ce même tome. Cela fait beaucoup pour le même tome. Plus encore, dans ce tome-ci Elena devient un esprit pur avec des ailes pour finalement redevenir humaine – plus ou moins. Le super-héros peuvent aller se rhabiller, Elena est là ! Sérieusement, c'est risible et désespérant. On sait que l'héroïne doit être avantagée par rapport aux autres personnages mais tout de même. Bref, ce point m'a complètement gâché le roman au point que je ne pouvais même plus supporter les interventions d'Elena.
Pour ce qui est de l'écriture de L. J. Smith, j'ai eu beaucoup de mal à la retrouver du fait des changements de traducteur à chaque tome. D'ailleurs je profite de ce reproche d'édition pour en glisser un autre, dont l'auteur est aussi responsable : les mots japonais non traduits. Les démons qui envahissent Fell's Church sont japonais et ils utilisent de temps à autres leur langue natale ainsi que Stefan et Damon qui les reprennent ou glissaient de l'italien dans les précédents tomes. Si ce n'était pas dérangeant outre mesure pour l'italien qui est assez transparent avec le français, le japonais n'est absolument pas dans ce cas. Si le lecteur connait des rudiments de japonais il peut comprendre mais pour celui qui l'ignore totalement – ce qui est tout à fait normal – la mention d'une Obaa-san qui intervient comme sortie de nul part peut surprendre alors qu'en fait ce mot fait référence à la grand-mère d'Isobel – Obaa-san signifiant littéralement grand-mère. De même pour bakayaro, kekkai, Shinichi no baka, kitsune ou encore urusai qui signifie respectivement crétin, barrière/piège, imbécile de Shinichi, renard – le kistune étant une créature folkorique possédant de nombreux pouvoirs – et tais-toi/ ferme la.
Bien, après ce moment de pur critique négative, je m'attache à l'un des grands points positifs du roman : les personnages et notamment l'absence de Stefan.
Ah oui, c'est sans nulle doute le meilleur point du roman. Pas de Stefan geignard, idéaliste et transparent pendant la majorité du roman. Ce personnage est tel que son absence ne me gêne absolument pas.
Je ne reviendrais pas sur le cas d'Elena mais ajouterai seulement que l'évolution caractérielle du personnage est bien construite.
J'ai beaucoup aimé le fait que le lecteur passe aussi plus de temps avec Meredith et Bonnie, cela permet de plonger au cœur de l'horreur que font subir les jumeaux démoniaques. Matt en revanche est un peu exaspérant dans son rôle du chevalier blanc.
Damon reste sans conteste le meilleur de tous les personnages. De fait, il est le seul que le lecteur ne peut cerner totalement grâce à sa complexité et l'absence d'information sur lui-même.
Misao et Shinichi sont des méchants à la fois présents et absents mais diaboliquement bons. Personnellement, ce sont des créatures si bien faites que je ne peux que les aimer pour toutes leurs fourberies très angoissantes et véritablement mortelles.
En somme, je me suis très souvent forcée à reprendre ma lecture à cause des changements de statut d'Elena mais heureusement les jumeaux japonais et les personnages restant ont rattrapé suffisamment le roman pour que je l'achève. Toutefois, il n'en reste pas moins très moyen selon moi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire