mercredi 1 mai 2013

Le secret du vampire


Night World

Le secret du vampire


Editions Michel Lafon, 288 pages, illustration de GettyImages/Dimitri Vervitsiotis, traduction de I. Saint-Martin

Le secret du vampire est le premier tome de cette série particulière qu'est Night World. En effet, son auteur, L. J. Smith, ne prend pas un ensemble de personnage comme héros mais le Night World lui-même afin de le découvrir au fil des tomes. Parfois des personnages se croisent mais ils ne sont qu'évoqués. Paru sous le nom de Secret Vampire en 1996 aux Etats-Unis, Le secret du vampire fut publié en 2009 en France au moment du retour de l'auteur après dix ans d'interruption.


Les vacances d'été commencent et Poppy compte bien en profiter auprès de son meilleur ami James. Mais à peine le premier jour de ces fameuses vacances entamées, Poppy fait un malaise et la voici hospitalisée. De quoi gâcher son humeur même si elle essaye de le prendre avec le plus de légèreté possible. Seulement voilà, le verdict tombe, Poppy est atteinte d'un grave cancer rarement guérissable. Elle va mourir à 17 ans. James sait que l'humanité ne peut plus rien pour son amie mais peut-être que le Night World le peut.
Prix : Michel Lafon : 14, 95 €

Marion



L'avis de Marion : Ce sera court et virulent : ce livre est d'un ennui mortel.
  Tout d'abord, je m'en prends au responsable du résumé qu'il y a au dos du livre. Le résumé raconte un bon trois quart du roman et en plus est légèrement menteur sur certain point. « Un baiser vertigineux qui lui donne accès à son âme » il ne fait absolument pas cela pour connecter leurs âmes. « Le plus beau garçon du lycée », certes mais dis comme cela on a plus l'impression qu'elle fantasme de loin sur lui alors qu'ils sont amis d'enfance. Bref, ce résumé est un massacre qui ne laisse place à aucune surprise puisqu'il dévoile tout.
  L'histoire est invisible. J'apprécie énormément L. J. Smith mais ce roman est d'une lenteur insupportable. Dès la première page on sait que Poppy va mourir alors qu'elle meure ! Seulement, l'auteur fait le choix de faire agoniser son personnage pendant au moins 250 pages sur les 288 qu'il comporte. D'où le soucis du résumé Lafon qui n'est en fait qu'un résumé de ces fameuses 250 pages. Après l'agacement et l'ennui que ce livre m'a apporté je n'attendais pas grand chose des trente dernières pages. Grand bien m'a pris, elles sont aussi peu intéressantes que la longue première partie du livre. L. J. Smith a construit une courte intrigue bateau sur un personnage qui sort de nulle part et qui se termine aussi rapidement qu'elle est venue puisque le livre suivant ne sera pas une suite des aventures de Poppy et James.
  Les personnages sont d'un niais ! Surtout Poppy et Phil. Le frère et la sœur font la paire. Poppy, en plus d'être niaise, semble aussi au bord d'une folie hystérique avant même que cela soit excusable. Phil essaye d'être un frère protecteur mais n'est que ridicule par le moyen dont il le fait. James verse dans un romantisme guimauve et dégoulinant qui a sans doute inspiré Edward dans la comédie du « je ne dois pas t'aimer ».
  Pour ma part, je vous conseille de ne pas lire ce roman, commencez directement par le second tome, les personnages étant totalement différent, il est tout à fait possible de ne pas lire l'un des romans.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire