jeudi 27 juin 2013

Interview de Anne McCaffrey


Interview Anne McCaffrey, 2004 par Lynne Jamneck pour writing-world.com




Combien de temps passez-vous à écrire, et que faites-vous quand vous n'écrivez pas ?
J'avais l'habitude d'écrire 18h par semaine avec quelques heures pour dormir. Ce que j'avais l'habitude de faire entre les temps d'écriture était de nourrir mes enfants, monter mon cheval et aller acheter à manger pour mes chiens et chats. A présent, depuis que mon cheval est mort d'une attaque, je ne monte plus et cela me manque. Je me fais une raison de plus en plus, j'ai 78 ans à présent, donc je n'ai pas besoin de m'étaler en plus. Par ailleurs, notre écurie a été cambriolée et près de 3000 $ de fixation, brides, selles et tondeuses, on été volé alors j'aurais dû faire une nouvelle selle pour monter. Donc je suppose que j'ai raccroché mes étriers (je n'ai jamais utilisé d'éperons).

    Dites-nous en un peu plus sur votre nouvelle « Beyond Between » dans the Legends 2 Anthology de Del Rey. L'histoire est sur une facette très intéressante de l'univers de Pern … (ATTENTION SPOILER SUR LA DAME AUX DRAGONS)
Quand j'ai écrit Dragonlady (NDLR : La dame aux Dragons) et ai fait aller Moreta dans l'Interstice pour ne pas revenir, il y a eu des récriminations, même une de Judy-Lynn del Rey, mon éditirice. Elle pensait que Moreta avait été accidentellement dans le futur ou le passé mais qu'elle était toujours en vie. Je n'ai pas organisé de religion sur Pern. J'ai supposé (depuis qu'il y a eu quatre guerres de religion) que la religion était un problème que Pern n'avait pas besoin. Cependant, si on écoute les leçons des enfants, Dieu est partout, alors il était hors de question qu'il soit aussi sur Pern Ainsi, il y a un paradis où les bonnes âmes vont. Alors sans mentionner aucune religion, j'ai pensé que Moreta et Leri méritait le repos après leur aventure … et c'est où est « Beyond Between » (NDLR : traduit Au-delà de l'Interstice)

   De quelle manière a évolué l'édition pour les auteurs féminines de SF au cours des cinquante dernières années ? Il semblerait presque, ces temps-ci, qu'il y ait plus d'auteurs féminines de SF/ fantasy qui perdurent dans l'écriture que d'hommes.
Il y a toujours eu quelques auteurs, Andre Norton en particulier, Katherine McLean, Judy Merrill, (Margaret St. Clair, Virginia Kidd) et une autre qui était dans l'écriture de scénario dont j'ai oublié le nom. (Elle a fait le script de Red River.) Je crois vraiment que j'ai aidé à en faire publié d'autres par exemple en faisant réaliser aux femmes quel genre merveilleux est la SF. Maintenant, ça ne plaisante plus. Une bonne histoire est une bonne histoire peu importe qui l'a écrite. Et les femmes peuvent aborder un genre d'histoires qu'elles ne traiterait pas habituellement. Pamela Sargent est un très bon exemple de bon auteur dans la mode de la SF, ainsi que Elizabeth Moon dont le roman The Speed of Dark (La vitesse de l'obscurité) vient juste de gagner le Nebula. Kate Wilhelm, Ursula K LeGuin, Connie Willis sont d'autres excellentes gagnantes et la liste est maintenant très justement composée de femmes spécialisées dans la SF. Je pense que c'est vrai ; plus d'auteurs féminines perdurent dans l'écriture … qu'elles soient mariées ou célibataires.

   Beaucoup de personnes tendent à voir vos écrits comme de la fantasy, quand dans les faits, c'est profondément basé sur de la science. Sont-ils toujours surpris lorsque vous mettez ceci en évidence ?
Beaucoup sont devenus dingues quand je leur dis que mes dragons sont crées sur des bases scientifiques … Quoi d'autre pourriez vous appeler une forme de vie génétiquement engendrée?Mais je dois dire que je ne les ai pas loupé quand ils m'ont appelé une « auteur de fantasy ». Je n'ai rien contre la fantasy et plusieurs de mes romans font définitivement partis de ce genre.

   Au vu de l'importance de la science dans votre travail – comment vous tenez-vous à jour avec tous les nouveaux développements dans le domaine ?
Je ne me tiens pas à jour des développements, mais je trouve un expert dans chaque domaine que je dois expliquer et où la science est impliquée. Depuis, je suis devenue plutôt amie avec le Dr. Steven M. Beard de Edinborough Observatory, et il a vraiment donné un aspect réel à Pern en me donnant des cartes des étoiles comme elles seraient visible de la surface de Pern de nuit. (Pas toutes, les étoiles que nous voyons sont invisibles depuis Pern, mais j'avais besoin de savoir lesquels des plus brillantes continueraient à scintiller dans le ciel de Pern ... J'ai gardé les noms à l'identique.). Ci-contre, une carte de Pern

   Pourquoi les dragons ? Qu'est-ce qui vous a fait choisir ça plutôt que, disons, les griffons ?
Pourquoi les dragons ? Ce à quoi je rétorque généralement, pourquoi pas ? Ils ont eu une mauvaise réputation depuis des années. Alors, j'ai attiré l'attention sur leur queue et les ai rendus utiles.


    Hormis la série de Pern, lequel de vos autres livres fait parti de vos favoris – en terme de produit fini, ou dans le processus d'écriture ou les deux.
J'aime vraiment la série des Doués (Le vol de Pégase et La Tour et la Ruche), et aussi la trilogie La Transe du crystal. Mais Le Vaisseau qui chantait reste mon préféré. J'ai vraiment bouleversé des gens avec celui-ci et moi-même je ne peux le lire à voix haute sans pleurer à la fin. Celui-ci est pour toi, Papa !

 
 Comment en sont les choses ces derniers temps à propos de tourner la série de Pern en film? Je pense que l'industrie cinématographique est actuellement – au moins d'un point vue technologique – capable de donner vie aux livres.
Hé bien, nous avons eu plusieurs faux départs à un film sur les Chevaliers Dragons de Pern qui m'ont exaspérée quand j'ai vu des rôles moindres avoir leur part de passage à l'écran. La technologie est bien … mais l'obtention d'un producteur qui ne malmènera pas la matière première (le roman) est impossible. Une des tentatives les plus récentes contenait Kylara, un Jaxom grandissant et Lessa, le tout habitant au Fort de Ruatha pendant la quête des Chevaliers Dragons.
J'étais vraiment hors de moi parce qu'il n'y a aucune raison pour que Kylara (qui vient du Fort de Telgar) soit à Ruath et il y avait encore moins de raison pour Jaxom d'être en train de grandir alors qu'il n'est même pas censé être né. Oh, bien, ils essayaient d'attirer un public d'adolescent. Alors, il est juste très bien que ce scénario en particulier n'ait jamais été tourné.
Maintenant si Peter Jackson veut prêter attention aux Chevaliers Dragons de Pern, cela pourrait être un rival à la beauté et au génie du cycle du Seigneur des Anneaux, que j'ai trouvé véritablement spectaculaire.

   Qui a d'abord inventé le surnom La Dame aux dragons ?
Dame au dragon est apparu dans le comic Terry & the Pirates, il y a quelques années. Mais étant une auteur sur les dragons, ce n'était pas dure de me l'appliquer.




   Jouez-vous toujours à FreeCell sur votre ordinateur quand vous devriez écrire ou êtes vous passée à d'autres distractions plus tape-à-l'oeil ?
Je vais jouer sur Lady Cadogan et Forty Thieves sur l'ordinateur. Très relaxant. Et cela jusqu'à ce que j'aille sous la couette avec ma fille.

   Comment le fait d'avoir déménagé en Irlande dans les années 1970 à influencer votre manière d'écrire ? Quelle part importante votre environnement immédiat prend en terme de créativité ?
Je ne pense pas que l'Irlande m'ait spécialement influencée, mais elle m'a donné de l'espace, ce que j'ai apprécié et des vues charmantes. Je pense que les écrivains ont besoin d'une fenêtre avec une vue pour leur rappeler qu'un monde entier est là dehors et non pas juste les miniatures avec lesquels ils jouent à petite échelle.

   Pensez-vous qu'Internet ait un effet globalement positif ou négatif sur comment les gens abordent la fiction ? Qu'est-ce que signifie pour vous Internet en tant qu'auteur ?
Je trouve qu'Internet, particulièrement la disponibilité des informations, est génial. Je fais beaucoup de correspondance en ligne et j'ai une ligne de chat pour parler avec mes fans.

   Encourageriez-vous les aspirants écrivains à entrer dans l'édition par le biais des médias électroniques ?
Je n'encouragerais pas les nouveaux auteurs à commencer à publier par des moyens électroniques … cela reste pas encore assez large au niveau du lectorat or, ils auront besoin de prendre un bon départ.

    Qui sont certains de vos auteurs préférés dans tous les genres et pourquoi ?
J'ai une étagère de livre de confort, que je lis quand le monde m'oppresse ou quand quelque chose d'impropice m'arrive. Le Liaden Universe de Sharon Lee et Steven Miller est l'un de mes favoris, de même quoique ce soit d'Elizabeth Moon, Orson Scott Card, David Weber, Sharon Shinn (sa série Samaria). Ce sont tous des bonnes séries avec des sujets intéressants et de bons personnages … ainsi que de nouvelles informations.

    
Dites-nous quelque chose à propos de Anne McCaffrey que personne d'autre ne sait.
Anne McCaffrey se fait vieille et garde ses secrets, merci.

    Y-a-t-il quelques aspects de vos livres que vous avez écrit que vous souhaiteriez revenir en arrière et changer ?
Je ne relis pas souvent mes propres livres, à moins que je me lance dans une autre série et que j'ai besoin de me remettre dans l'ambiance du concept original. Il y a quelques paragraphes qui me font occasionnellement tressaillir et gémir d'effroi. Si j'avais su que j'écrirais dix-sept romans sur Pern, je me serais laisser quelques nœuds déliés pour y revenir et trier maintenant les personnages que les gens aiment et les lézards de feu.
    
   Qu'espérez-vous donner aux lecteurs à travers votre travail ?
La plupart du temps, je dis aux personnes qu'ils n'ont pas à être des victimes. Ils peuvent être des survivants. Mais j'ai comme règle de ne pas mettre de message dans mes écrits.
  
  Qu'aimeriez avoir comme épitaphe ?
Seigneur, je suis assez proche de l'épitaphe alors je ne serais pas très spirituelle. Je pense que « conteuse d'histoire » serait un bon résumé.


Traduction de Marion 
avec l'aimable permission de writing-world.com et Lynne Jamneck

1 commentaire:

  1. Depuis le temps que je voulais la lire cette interview ! Merci encore pour ton travail Marion !

    Que dire ... Je n'ai pas beaucoup lu du Anne Mc Affrey son travail est courageux (14 bouquins sur Pern il me semble) et ça c'est pas mal !

    Elle n'a pas l'air de se compliquer la vie. Et puis ça m'a fait plaisir de voir qu'elle était prête à "renoncer à plus de sous" en refusant les adaptations cinématographiques proposées et qui dénaturées son œuvre. Elle aime ce qu'elle a écrit, en est fière (et elle a raison ^^).

    Je crois que c'est à peu près tout. Bon travail en tout cas =)

    RépondreSupprimer