mardi 11 juin 2013

Zebraman


Zebraman


Réalisation de Takashi Miike, production de TBS, Toei, Dentsu et WoWow Inc.

Zebraman est un film japonais d'1h 55 réalisé par Takashi Miike, réalisateur ultra productif et connu pour ses films décalés ou violent (Dead or Alive, Crows Zero, Yatterman, ou encore plus récemment l'adaptation du jeu vidéo Phoenix Wright – Gyakuten Saiban). Zebraman n'est pas sorti sur les écrans français mais est sorti en DVD le 16 janvier 2006. Il fut un succès dans son pays d'origine puisqu'il a engrangé 3,070,596 $ de recette.
Sortie DVD : 16 janvier 2006

Casting principal :
Shin'ichi Ichikawa/ Zebraman : Sho Aikawa
Asano Kana : Suzuki Kyoka
Le sous-directeur Kuroda : Osugi Ren
Oikawa, l'agent du gouvernement : Watabe Atsuro

Shin'ichi Aikawa est un homme à la vie misérable : professeur non respecté son fils se fait maltraiter à cause de cela à l'école, il n'aucune autorité sur sa fille et sa femme le trompe. Son seul réconfort est le costume de Zebraman, le super héros de son enfance, qu'il a confectionné lui-même et qu'il enfile tous les soirs seuls dans sa chambre. Un jour, alors qu'il sort pour rendre visite à l'un de ses élèves, en tenue de Zebraman, le professeur se bat contre un étrange homme aux yeux verts et ses véritables pouvoirs de Zebraman se réveillent pour protéger la terre contre une menace encore inconnue.

Marion

L'avis de Marion : Film avec une ambiance étrange, je m'attendais à retrouver toutes les bizarreries de Takashi Miike mais elles n'étaient pas au rendez-vous, ce qui m'a laissée perplexe quant à ce film. Explications.
Tout d'abord, le point fort du film est sans conteste le scénario. Takashi Miike tourne un film au sujet connu et ultra connu : le super-héros. Cependant, il le traite avec une approche différente à la limite du parodique qui rend le héros Zebraman très souvent ridicule. Surtout, le scénario surprend par le fait qu'il sort du simple héros qui combat le mal. En effet, le scénariste a instauré une trame plus compliquée qui m'a totalement sidérée.
A ce scénario bien montée s'ajoute la musique qui cadre bien avec l'ambiance du film et des acteurs qui jouent bien leur rôle même si Sho Aikawa fait un super héros bien fade.
Puis vient tous les points négatifs. Un fait qui se voit tout de suite, le film manque de moyen. Pourquoi ? Les effets spéciaux laissent vraiment à désirer comme le prouve la scène finale qui est vraiment ridicule. Personnellement, j'ai vraiment cru halluciner lors de cette fameuse scène qui m' laissée bouche bée d'incrédulité. Autre fait qui m'a fortement dérangé : la façon de tourner. Takashi Miike a organisé son film de manière à mettre en place lentement toutes les pièces du puzzle pour être pleinement intégré dans cet univers qu'il a crée. Un peu trop lentement d'ailleurs. J'ai plus d'une fois regardé si j'approchais de la fin. Le film est vraiment trop lent à démarrer et je suis restée bien trop longtemps rester bloquer dans la vie pathétique du professeur plutôt que de voir les aventures de Zebraman.
Une petite déception personnelle vient du fait que j'ai vu Yatterman, un autre film de super-héros de Takashi Miike, à l'univers complètement délirant et à l'humour décalé. Je m'attendais à retrouver ce qui fait la marque de Miike dans ce long métrage mais elles ne sont visibles qu'avec parcimonie et trop absente. Je n'ai pas été déçue en revanche de comment il tourne en dérision les grands principes de super-héros : la phrase culte du héros qui devient un slogan de mode, le sens du danger (tel Spiderman) qui est tout sauf discret, les fameuses disparitions pour se changer, etc.
En somme, j'ai trouvé ce film moyen malgré des bons points mais le fait est qu'il est vraiment très long dans sa mise en place. Enfin, je le conseillerai tout de même pour voir une œuvre décalé mais surtout, surtout pour pouvoir regarder la suite qui est largement meilleur avec plus de moyen.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire