jeudi 11 juillet 2013

Maitrese de l'Empire


La Trilogie de l'Empire

Maîtresse de l'Empire

Editions Bragelonne, 624 pages, illustration de A-C. Payet, traduction de A. Vétillard

Maîtresse de l'Empire est le troisième et dernier volume des aventures de Mara des Acoma, personnage crée par Raymond Feist et Janny Wurts. Mistresse of the Empire fut publié en 1992 aux Etats-Unis, il rencontra le même succès littéraire que ses prédécesseurs, et compte, tout comme eux, bon nombre d'éditions françaises (J'ai Lu en 2007, Bragelonne en 2004 et 2011, Milady en 2013)

Mara a finalement vaincu toute la maison des Minwanabi et peut profiter d'une paix si durement acquise. Ayant pris possession des terres de son ennemi et devenue pair de l'empire, Mara pense pouvoir enfin être en sécurité. Mais la culture tsurannie lui rappelle que nul n'est à l'abri du Grand Jeu du conseil lorsque son fils Ayaki est assasiné. Folle de rage, la mère endeuillée provoque une guerre ouverte aux Anasati que tout désigne. Seulement l'Assemblée des Très-Puissants n'est pas de cet avis et Mara devra affronter son plus puissant ennemi, au nom de sa maison, au nom de l'empire, au nom de la liberté et de ses idéaux.
Prix : Bragelonne : 25 €
Milady : 10, 20 €
Marion

L'avis de Marion : Raymond Feist et Janny Wurts offrent un dernier tome en tout point parfait, une sublime conclusion à cette trilogie coup de cœur.
Tout d'abord, on aurait pu croire qu'avec l'anéantissement de la maison Minwanabi et un nouveau mariage, Mara aurait enfin trouvé bonheur, paix et une bonne fin pour ses aventures. Mais les deux auteurs relancent les intrigues grâce à un coup d'éclat magistral qui fait ressortir le personnage de Mara plus humainement que jamais. Le déroulement du livre en ressort donc parfait. L'intrigue et la trame du livre sont très bien rythmés, il n'y a jamais un moment d'ennui et les péripéties s'enchainent les une après les autres pour tous les personnages. La fin est à la hauteur de mes espérances : entre malheur et bonheur. Une fin bien trouvée.
Une fois de plus, l'écriture fabuleuse des deux auteurs y jouent un rôle crucial. Une fois de plus, rien à y redire. Les descriptions sont riches et soignées, pas de reproche cette fois-ci sur les descriptions trop longues et lourdes des vêtements et autres richesses. Raymond Feist et Janny Wurts ont su créer un rythme haletant et tendu pour un roman principalement politique. Chapeau bas.
Cependant tout ce qui fait le brio de cette série est sans nulle doute les personnages. En effet, la série se passant sur presque quinze ans, le lecteur a l'avantage de voir évoluer Mara et chacun des autres personnages. L'héroïne avait dix-sept ans lors du premier tome, le lecteur la voit donc passé par toutes les étapes de la vie et le changement moral qui en ressort sur elle. L'évolution est saisissante et frappante.
J'ai eu aussi le plaisir de découvrir un peu plus Arakasi qui lui aussi offre une belle évolution, surtout dans ce dernier tome, qui passe de machine calculatrice à être humain. J'ai vécu ses aventures avec passion et quelques frissons parfois. Ses passages dans le livre où on se glisse dans sa peau de maître espion sont grandioses.
Chaque personnage est très bien décrit, fait et construit, il en résulte un attachement qui nous fait rechigner à la possibilité de la mort d'un seul d'entre eux. Et pourtant, à la guerre, il y a toujours des morts.
En somme, une fin triomphale, géniale, que j'ai littéralement dévoré et qui m'a enchanté au-delà de ce que je pensais. Sans nulle doute l'une de mes séries préférées et pour longtemps. À lire absolument.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire