vendredi 13 septembre 2013

Once Upon A Time - Saison 1


Once Upon A Time – Saison 1


Cover de l'intégrale de la saison 1


Diffusé pour la première fois le 23 octobre 2011 aux Etats-Unis par ABC, Once Upon A Time est la série phare de ABC qui pulvérise tous les records aux Etats-Unis. Constituée de 22 épisodes d'environ quarante cinq minutes, la série a attiré environ 9, 9 millions de téléspectateurs par épisode soit 4 fois plus que Game of Thrones. Elle fut diffusé sur les écrans français pour la première fois le 1er décembre 2012 sur M6.
Un roman a été tiré de cette première saison, Once Upon A TimeRenaissance qui relate cette première saison du point de vue d'Emma.

Sortie DVD/ Blu-Ray: 6 mars 2013

Episodes :
  1. Il était une fois, diffusé le 23 octobre, 12 930 000 téléspectateurs
  2. Le sort noir, diffusé le 30 octobre, 11 740 000 téléspectateurs
  3. Le pont des Trolls, diffusé le 6 novembre, 11 450 000 téléspectateurs
  4. Le prix à payer, diffusé le 13 novembre, 11 360 000 téléspectateurs
  5. La petite voix de la conscience, diffusé le 20 novembre, 10 690 000 téléspectateurs
  6. Le berger, diffusé le 27 novembre, 9 660 000 téléspectateurs
  7. Le cœur du chasseur, diffusé le 11 décembre, 8 920 000 téléspectateurs
  8. Le Ténébreux, diffusé le 8 janvier, 10 350 000 téléspectateurs
  9. Hansel et Gretel, diffusé le 15 janvier, 9 830 000 téléspectateurs
  10. Le vol de la colombe, diffusé le 22 janvier, 9 330 000 téléspectateurs
  11. Le génie, diffusé le 29 janvier, 10 910 000 téléspectateurs
  12. La Belle et la Bête, diffusé le 12 février, 8 650 000 téléspectateurs
  13. Le chevalier d'or, diffusé le 19 février, 9 840 000 téléspectateurs
  14. Nova et Rêveur, diffusé le 4 mars, 10 670 000 téléspectateurs
  15. Le grand méchant loup, diffusé le 11 mars, 9 290 000 téléspectateurs
  16. Le Chemin des Ténèbres, diffusé le 18 mars, 8 690 000 téléspectateurs
  17. Le Chapelier fou, diffusé le 25 mars, 8 820 000 téléspectateurs
  18. Daniel, diffusé le 1 avril, 8 360 000 téléspectateurs
  19. Le Bon fils, diffusé le 22 avril, 9 080 000 téléspectateurs
  20. La promesse de Pinocchio, diffusé le 29 avril, 9 200 000 téléspectateurs
  21. La pomme empoisonnée, diffusé le 6 mai, 8 950 000 téléspectateurs
  22. Le véritable amour, diffusé le 13 mai, 9 660 000 téléspectateurs

Casting principal :
Régina/ La méchante reine : Lana Parrilla
Mary-Margaret/ Blanche-Neige : Ginnifer Goodwin
David/ Charmant : Josh Dallas
Emma : Jennifer Morrison
Henry : Jared Gilmore
Mr Gold/ Tracassin (Rumpelstiskin en VO) : Robert Carlyle

Marion

L'avis de Marion : Regardée sous les conseils d'une de mes meilleurs amies, Once Upon A Time m'a séduite par son concept original de la revisite des contes de fées de notre enfance mais n'est néanmoins pas dépourvu de deux gros défauts majeurs : le scénario et les effets spéciaux.
    La grande force de cette série est d'avoir repris les contes si populaires que nous connaissons tous, en s'appuyant principalement sur l'un des plus populaires : Blanche-Neige. Heureusement, les scénaristes ont su très souvent se détacher des contes pour en mélanger à d'autres moins connus (je pense notamment à Cendrillon qui devient l'héroïne du conte sur le nain Tracassin, entre autre.) ou tout simplement pour les réarranger d'une manière surprenante. L'idée est bonne, elle permet de créer une attente chez le téléspectateur qui souhaite voir ses contes favoris passer les uns après les autres et permet aussi que celui-ci n'anticipe pas tout par sa connaissance. Une idée riche oui mais qui a tendance à tourner au « fourre-tout ». Je m'explique.
    Le cœur du scénario de cette saison est la malédiction jetée par la méchante reine qui retient les personnages de conte dans la réalité, malédiction que Emma doit briser. Un bon scénario je le conçois mais celui devient quasi inexistant au fil des épisodes qui par l'arrivée de toujours plus de contes et personnages mettent des nouvelles intrigues sur la route d'Emma, intrigues qui durent rarement plus d'un épisode. Ainsi, au bout d'une dizaine d'épisode je trouve que la série devient de plus en plus dure à suivre parce qu'on se lasse – ce qui explique la baisse des audiences US ci-dessus. De même, j'ai trouvé que la fin de la saison tombait comme un cheveu sur la soupe, c'est à dire que les scénaristes se sont arrangés en deux ou trois mouvements pour remettre la trame principale sur les derniers épisodes et roulez jeunesse, on conclue, bim bam boum saison suivante ! De plus, les scénaristes ont fait le choix surprenant, en plus d'entrecouper par des intrigues secondaires avec de nouveau personnage, de ne pas suivre la chronologie dans la Forêt enchantée. Une fois, le ténébreux a son pouvoir, une fois il n'est pas encore le ténébreux, Blanche-Neige est avec Charmant ou pas encore, etc. Tout est mélangé ce qui complique encore plus pour dresser un fil conducteur.
  Ainsi, je persiste et signe le problème de cette série est la discontinuité des épisodes.
    Heureusement, acteurs et costumes sont géniaux. Les acteurs sont fabuleux et pourtant presque tous des illustres inconnus – exceptés Josh Dallas qui a fait un petit rôle dans Thor (mais si, le blond à rapière très D'Artagnan, c'est lui), Jennifer Morrison qu'on a pu voir dans Dr House et Robert Carlyle qui a notamment fait (même si ce n'est pas très glorieux) le méchant Durza dans l'échec cinématographique qu'est Eragon. Lana Parilla est celle qui sort très clairement du lot dans son rôle de Reine maléfique. L'actrice a une vraie prestance et réussi à paraître à la fois fragile, manipulatrice, blessée et machiavélique avec le même personnage et ce malgré des tenues et coiffures souvent pas faciles à porter. De même, Robert Carlyle est juste parfait en Rumpelstiskin décalé, fou et tout aussi sadique que la méchante Reine mais dont la subtilité réside dans la dualité du personnage. Je suis d'ailleurs totalement fan de ses petits rires (à écouter en VO!). Avec deux méchants pareils comment s'en sortent les héros ? Très bien je dirais. Jennifer Morrison est une dure à cuire très efficace qui se découvre elle-même étonnamment sensible face à ce fils qu'elle a abandonné. Charmant et Blanche-Neige gagnent haut la main la palme du couple le plus niais au possible mais étonnamment, on en redemande puisqu'ils sont aussi capables qu'ils sont bien plus que cela. Un mauvais point en revanche pour Ruby dont les scénaristes et costumiers l'ont d'abord faite provocante et femme fatale aguicheuse pour finir en femme classique et bonne amie de tout le monde une fois son épisode spéciale passé.
    Enfin j'en viens aux costumes. Les tenues de la Reine tout d'abord sont toutes plus sublimes les unes que les autres. Riches en soieries et autres détails, elles correspondent parfaitement à ce que j'attendais de robes féériques en modèle maléfique. De même les robes de chaque princesse font rêver nos âmes d'enfants tandis que les tenues d'aventures ravissent mon âme intrépide. Aux costumes j'allie les décors et accessoires qui sont d'une rigueur impeccable et une partie des décors sont bien réalisés. Seulement, une autre partie utilise beaucoup trop les images de synthèses et cela se voit énormément. Ce qui m'amène aux effets spéciaux.
    Soyons clairs, les effets spéciaux de Once Upon A Time manque cruellement de moyen et pique les yeux aux téléspectateurs de l'ère moderne que nous sommes. Le pire du pire est une scène qui se devait d'être romantique lors de l'épisode 14 entre Nova et Rêveur mais impossible de percevoir l'émotion j'étais beaucoup trop focalisé par … le paysage parfaitement faux et clairement visible. Tellement que j'ai pensé qu'il s'agissait d'une toile tendue. Avec les moyens d'aujourd'hui, je trouve dommage qu'une série doive subir de tels résultats graphiques.
    En somme, Once Upon A Time est une série à laquelle j'ai adhéré par la féérie qu'elle dégage et par les multiples références culturelles autant littéraire que de l'imaginaire qu'elle contient. Cependant elle devra me convaincre au niveau scénario et graphique pour la saison 2 sous peine que je ne prenne pas la peine de voir la saison 3.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire