mercredi 4 septembre 2013

Percy Jackson : Le Voleur de foudre


Percy Jackson

 Le Voleur de Foudre


Réalisation de Chris Colombus, produit par Fox Productions


Percy Jackson : Le Voleur de foudre est un film réalisé par Chris Colombus en 2010, notamment connu pour avoir réalisé les deux premiers Harry Potter. Le film est une adaptation du livre du même nom de Rick Riordan, Percy Jackson et le Voleur de foudre. Ainsi le film mélange époque moderne et mythologie grecque. Distribué en France par 20th Century Fox, malgré un succès moyen dans le monde, le film a été très bien été accueilli en France en cumulant un peu plus de 1 200 000 entrées.
  Sortie DVD : 2011
  Sortie Blu-Ray : 14 décembre 2013



Casting principal:
Percy Jackson : Logan Lerman
Grover : Brandon T. Jackson
Annabeth : Alexandra Daddario
Chiron : Pierce Brosnan
Medusa : Uma Thurman

 
Dyslexique et hyper actif, Percy Jackson a bien du mal avec l'école malgré la présence de son ami Grover. Une fois rentré chez lui, c'est pire avec la présence du malpoli, gras et vulgaire beau-père qu'il a. Les choses dérapent vraiment le jour où une de ses profs se transforment sous ses yeux en un monstre ailé et menace de le tuer s'il ne lui donne pas l'éclair qu'il a volé. Percy est alors précipité dans un monde inconnu où les demi-dieux existent. Afin de sauver l'Olympe et sa mère, il va devoir aller jusqu'en Enfer, lieu maudit d'où seulement deux personnes sont revenus.

Marion

L'avis de Marion : Adaptation d'un roman que j'avais bien aimé, je suis allée voir le film au cinéma et l'ai acheté en DVD puisqu'il m'a fortement plu même si l'affiche du film est un peu abusé et ne mets pas en valeur le film.
     Autant les affiches promotionnelles sont belles et ne manque pas de classe, autant l'affiche du film en elle-même fait passer le film pour une oeuvre très clichée et kitsch avec un héros qui maîtrise d'emblée ses pouvoirs. Oui, le film a parfois cet aspect mais très rarement.
     Le scénario est bien déroulé, le film présente d'abord la situation et l'univers tout nouveau qui entoure Percy Jackson. Le film sait bien alterné explications et moment d'actions. Le gros point fort du film, la mythologie grecque, est aussi un point faible car il cause des contradictions. En effet, les demi-dieux existant, la mythologie grecque est tenu pour vrai. Hors, Medusa, qui apparait dans le film, est censé avoir été tuée par Persée, qui est bien dit comme existant. Ce sont ce genre de détails qui rendent flou les possibilités du scénario. L'univers est truffé d'humour qui rendent le film agréable et léger.
   Le film est porté par une bande originale moderne, rock et techno, des musiques connus qui aident à entrer dans le film. Highway to Hell de ACDC au moment  où ils partent pour les enfers, Poker face de Lady Gaga dans le casino. Bref, une bande son bien choisie.
   Les effets spéciaux aussi sont de bonne qualité. La transformation du stylo en épée (sans nulle doute le stylo bille le plus classe de tous les temps), Hadès sortant des flammes, les gros paris du film (tels que les centaures ou les satyres) sont bien relevés et sont appréciables à l'oeil.
     Enfin, Chris Colombus a su s'appuyer sur  un casting mélangeant nouveautés et acteurs bien connus (Poséidon joue dans Grey's Anatomy, Zeus n'est autre que Sean Bean, Athéna l'une des Experts, Chiron un ancien James Bond et Medusa, Uma Thurman une habituée des film de Tarentino). Si cela donne un peu de poids au film, on pouvait avoir peur que les trois acteurs principaux, qui sont de purs inconnus, soient un peu ridicules à côté de ces poids lourds de l'écran. Mais Logan Lerman et ses deux acolytes s'en tirent bien  même si le film ne lui permet pas de montrer beaucoup de facettes de son jeu d'acteur.
    En somme, Percy Jackson : Le voleur de foudre est un film sympathique qui offre un bon divertissement mais de là à tenir cinq films comme les livres, à voir, même si les chiffres et les critiques sont sceptiques.

1 commentaire:

  1. Je voudrais juste ajouter une part de mon ressenti personnel à ce texte qui résume bien le film.

    Etant un peu un fan de la Grèce antique, et de sa mythologie, j'ai été désespéré par la vision chrétienne bipolaire et manichéenne qui s'en dégage.
    On y assiste encore à tous les clichés qu'on retrouve dans la majeure partie des films concernant cette mythologie. Hadès est un méchant diable, les dieux sont des modèles ...
    Non vraiment, je ne peux pas avaler ça. Le cinéma américain reprend les noms des Dieux et oublie leur sens. Ca n'aurait rien enlevé au récit de respecter plus la mythologie. C'était une bonne idée de mixer les genres ( grec antique/moderne ) mais cela aurait pu être fait en gardant l'esprit de base intacte.
    Premièrement Hadès est toujours décrit comme un Dieu profondément méchant. Ca n'est pas le cas, pas plus qu'il ne veut s'échapper des enfers. Chronos et les Titans veulent sortir, oui, mais lui est là de son plein gré, et est plutôt satisfait de régner sur quelque chose. Je ne peux évidemment rien affirmer, je ne suis pas expert, mais enfin de ce que je sais, ce sont les chrétiens qui ont remanié Hadès pour en faire le diable, qui cherche à nuire aux mortels.
    Deuxièmement, les dieux. Non, les dieux ne sont pas sensés être des modèles. Ils doivent au contraire posséder les défauts des hommes pour les inspirer et les toucher. C'est ainsi que les mythes grecques fonctionnent. Finalement les dieux ne sont que des humains avec des plus gros jouets. Mais ici, encore une fois, ce sont des êtres supérieurs, tous beaux (Sean Beaaaaaaan) et avec pour seule faiblesse l'amour qu'ils portent à leur famille.
    Pour finir, une autre contradiction assez importante : Ils disent qu'il est rare qu'un Dieu ait un enfant avec un mortel, pourtant il y a un camp plein de demi-dieux. What the hell ? Et bien évidemment, on dit que les trois grands dieux ont rarement des enfants. Mais Zeus est le premier playboy de l'histoire, bien avant Bruce Wayne et Tony Stark.

    J'ai vu ce film deux fois et si la première impression m'a laissé un gout trop amer de par ces points négatifs, j'ai pu plus apprécier la deuxième fois. Je vais voir comment ça a évolué avec le deuxième opus !

    RépondreSupprimer