vendredi 20 décembre 2013

Le Chaos

Le Trône de Fer

Le Chaos

Editions Pygmalion, 341 pages, traduction de J. Sola, illustration de S. Youll

Le Chaos est le dixième tome de la saga du Trône de fer en France mais est le premier tiers du roman original A Feast for Crows de George R. R. Martin. Édité en 2005 aux Etats-Unis par Bantam Books, cette première partie du roman fut publiée par Pygmalion en 2006 en France puis fut réédité en 2007 par J'ai lu, en 2010 pour la version intégrale de Pygmalion et de J'ai lu.


   Le chaos règne depuis que Tywin Lannister est mort et que son fils Tyrion, accusé du meurtre ainsi que de celui de Joffrey, est en fuite à travers les 7 couronnes. Cersei essaye tant bien que mal de conserver le pouvoir et d'éloigner les Tyrell mais c'est une chose malaisée quand même les lions sont contre elle. Heureusement pour Cersei, elle n'aura pas à se méfier du nord sous l'emprise des Greyjoy puisque les Îles de Fer sont eux-même au bord de la guerre civile pour des questions de successions. Tout juste libérée par Jaime, Brienne court les routes à la recherche de Sansa, fidèle à sa promesse, et abandonne Arya, la croyant morte, alors que cette dernière va à Braavos pour rentrer au service du dieu multiface
Prix : Pygmalion : 21, 90 €
Pygmalion intégrale : 22, 90 €
  J'ai lu intégrale : 15, 90 €
Marion

L'avis de Marion: L'auteur fait fort et je me suis plongée avec délectation dans la nouvelle orientation que prend le Trône de fer.
     Ce qui est sans cesse surprenant avec l'auteur est qu'il ose sans soucis apparent se séparer de n'importe quel personnage mais en plus des plus importants qu'aucun autre auteur n'aurait tué. Il a tout de même tué quasiment toutes les personnes qui se prétendaient roi et a fait le tri aussi dans les personnes de puissance qui sont aussi dans les personnages "principaux" si l'on peut utiliser ce terme avec Martin. C'est un tour de force assez impressionnant et si l'on fait les comptes, on se rend compte qu'il reste très peu de personnes vivantes parmi ceux présentés dans les premiers tomes. Complètement hallucinant et du jamais vu pour ma part.
      Du coup, l'auteur introduit pas mal de nouveaux point de vues mais ceux-ci ne sont pas très clairs. Je pense que c'est voulu puisqu'ils apparaissent sous des noms codés (Le capitaine de la garde, le chevalier souillé, le Prophète). Si pour certains il est facile de comprendre qui se cache sous le pseudonyme, pour d'autres, j'ai trouvé que c'était de trop et pas forcément nécessaire. Je n'aime pas trop de devoir réfléchir pour savoir où me placer du point de vue spatio-temporel.
      En plus de tuer la majorité de ses premiers personnages, Martin délaisse complètement ou presque les rares survivants. En effet, Arya et Sansa n'ont la parole qu'une fois et le reste n'est dédié qu'à Cersei, Brienne  ou Samwell. Une nouveauté pour Cersei qui est un personnage récurrent mais aussi pour Brienne l'un des derniers personnages à côtoyer Jaime au fil des tomes. Daenerys n'apparait plus du tout dans ce tome, et la princesse aux dragons avait déjà dû se contenter d'un misérable chapitre le tome précédent. Cette alternance des personnages peut plaire à beaucoup mais peut surtout lasser les fans inconditionnels d'un personnage (ici Daenerys ou encore Jon qui n'apparait pas dans ce roman du moins pas par son point de vue, idem pour Tyrion).
   Personnellement, cela ne me dérange pas et me fascine même complètement. Bien sûr, j'ai mes personnages favoris mais je suis avant tout intéressée par l'univers et la trame générale qui se joue dans Westeros. Je me fais donc un plaisir de découvrir ce qui se passe du côté des Fers-Nés qui, bien qu'occupant une place importante depuis quelques tomes, n'avaient pas le privilège d'avoir leur propre point de vue et on n'en savait donc que très peu sur leur situation.
     Ensuite, le lecteur passe du point de vue de Jaime pour celui de Brienne et Cersei. C'est très intéressant je trouve puisque précédemment nous avions celui de Jaime qui ne cessait de donner son avis sur les deux femmes. Enfin, nous savons ce que pense réciproquement les deux femmes sur le Régicide. Cersei est exactement comme je m'y attendais et n'est pas le personnage le plus intéressant du livre, loin de là. Elle représente tout ce que je déteste: la femme arriviste qui pense qu'avec son physique et la renommée de sa maison elle parviendra à tout.
   Brienne est très chevaleresque et représente un peu l'idéal masculin que j'avais lorsque je lisais des romans de chevalerie (et surtout des contes) dans ma prime jeunesse. Pourtant habituée à ce que l'on se moque d'elle, j'attendais un caractère un peu moins naïf mais cependant il est aussi logique que Brienne soit ainsi. Je ne suis donc pas déçue.
    En somme, le roman surprend par la direction qu'il donne à la série et, comme souvent après beaucoup d'action, permet de se poser un peu pour faire un tour d'horizon des situations respectives. Encore un bon roman dans la série du Trône de fer

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire