vendredi 17 janvier 2014

Ce qui nous lie

Ce qui nous lie


Editions Milady, 288 pages, illustration de E. Allwood


Ce qui nous lie est un roman de Samantha Bailly publié le 19 avril 2013 chez Milady dans la catégorie romance. C'est un tome unique et n'aura donc pas de deuxième tome.


Alice a un pouvoir. Elle voit sous la forme de fil argenté les liens qui relient les personnes entre elles. Amitié, amour, famille, elle a appris à comprendre la nature des relations qu'entretiennent les gens autour d'elle pour dénoncer les maris infidèles à leurs femmes trompées. Mais cette vie de marginale et de mensonges ne convient plus à Alice qui décide de se lancer dans la vie active. Dans un open space où tous ses collègues se côtoient, Alice voit les liens danser autour d'elle. Tous. A l'exception de ceux de son patron, Raphaël. Beau et mystérieux, il ne la laisse pas indifférente.
Prix : 15, 20 €

Marion

L'avis de Marion : Véritable coup de coeur littéraire, j'avais dévoré Oraisons et, malgré la différence majeure de genre, j'ai tout autant apprécié Ce qui nous lie.
     Classé par nécessité dans la collection Grande Romance de Milady, je ne qualifierai pas pour autant Ce qui nous lie dans la romance. Bien sûr que le roman en contient mais il est pour moi avant tout une leçon de vie. Sans doute est-ce dû au fait qu'il m'ait touché très personnellement mais j'ai ressenti Ce qui nous lie comme un roman de transition qui nous aide, comme Alice, à passer un cap, à atteindre une certaine maturité. Je suis en effet persuadée que nous avons besoin de quelque chose qui nous aide à avancer, à trouver notre voie comme une boussole et c'est ce que Samantha Bailly a parfaitement retranscris dans ce roman grâce au pouvoir d'Alice. C'est d'ailleurs ce qui fait l'originalité du roman qui ne se contente pas de faire un genre de romance paranormale.
    Une fois de plus, la plume de l'auteur me subjugue. Résolument moderne avec des passages de messagerie instantanée, Samantha Bailly est une fois de plus dans le juste et développe avec talent ses personnages et leurs sentiments grâce à la structure du roman qui explore passé, présent et futur. Elle est de ces personnes que je lis patiemment, lentement et attentivement car le talent littéraire m'y contraint naturellement.
    Les personnages sont souvent décrit par d'autres critiques comme étant cliché mais je les trouve au contraire très proche de la réalité car ils offrent un éventail de personnalité qu'on croise bien souvent: le bourreau de travail, l'homme à femme, le petit jeune pas très sûr de lui, la collègue qui enchaine les galères et bien sûr, le boss débordant de confiance en soi (heureusement vu que c'est le patron). Au milieu de tout cela, il y a Alice qui réapprend à vivre en société, à lier des relations avec le monde extérieur. J'ai trouvé qu'il était facile de s'identifier à Alice, dont la confiance brisée fait qu'elle a beaucoup de mal à retrouver un sens à la socialisation. Elle est sensible, parfois timide et renfermée, mais aussi déterminée et forte.
    Plutôt que Raphaël, c'est Sébastien que j'ai préféré. Si le jeune homme apparait d'abord comme détestable, il parvient très vite à se rendre sympathique en exposant une manière de vivre qu'il revendique mais surtout des vraies valeurs auxquels il est attaché.
     Raphaël m'a beaucoup moins séduite. Je l'ai vu comme un homme passif qui ne fait rien pour changer une destinée toute tracée dont il ne veut pas. Malgré une bonne évolution au fil des pages, il m'est restée désagréable, je trouve qu'il lui manque une étincelle, une joie de vivre que j'ai adoré chez Sébastien.
      Si la fin peut décevoir certains lecteurs qui aiment que le dénouement soit fixé, je l'ai moi interprété comme une promesse de futur poétique.
      En somme, j'ai adoré et le recommande vivement aux âmes sensibles et poétiques qui sauront que l'apprécier. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire