jeudi 3 décembre 2015

Sagas des neuf mondes

Sagas des neuf mondes


https://www.editions-flammeche.com/wp-content/uploads/2015/02/yggdrasil-150.jpg 
 Editions Flammèche, 162 pages, couverture de Catherine Nodet


Sagas des neuf mondes n'est pas le livre le plus connu de Pierre Efratas mais c'est le seul paru chez Flammèche Editions. Publié le 1er octobre 2014, c'est un recueil qui comporte cinq histoire mythologique. Quatre d'entre elles sont sorties individuellement chez Flammèche en ebook pour la modique somme de 1,49 €. L'auteur ayant a cœur de rester au plus proche des mythes, il s'est évertué à les narrer de la manière la plus fidèle possible, son but étant d'introduire à un large public quelques notions de mythologiques nordiques, loin des dérivés que l'on peut connaitre par Thorgal ou Thor, pour ne citer qu'eux.
Prix : Flammèche : 18,50 €

Au cœur de notre vaste univers se dresse un majestueux frêne au tronc solide et aux branches vigoureuses sur lesquelles reposent neuf royaumes. Son nom : Yggdrasil. Ami, prenez place ! En cette froide nuit d’hiver, Bjarni Olofsson, le scalde vagabond du Nord, a fait halte à notre porte pour nous conter l’histoire de ces mondes merveilleux où vivent de puissants dieux, de courageux mortels et d’étranges créatures. Tremblez devant la colère de Thór ! Indignez-vous des fourberies de Loki ! Partagez la douleur de Freyja… Mais n’oubliez pas : côtoyer les dieux peut s’avérer dangereux.
Résumé officiel

Marion

L'avis de Marion : Aimant la mythologie depuis toujours, je me suis laissée séduire par ce petit livre ua stand des éditions Flammèche lors de ma visite du salon du fantastique de Paris en novembre 2014.
La première chose que j'ai adoré sur ce livre : sa fabrication. Si le livre peut paraitre cher au premier abord, on comprend très vite les raisons en l'ayant en main. Tout d'abord la couverture est cartonnée donnant tout de suite un aspect beau livre. Le dos est arrondi ce qui fait que malgré la lecture, le livre ne se marquera pas à cet endroit. Le format de 15x21, proche du digest, le rend plus grand qu'un livre de poche mais plus petit qu'un grand format et donc plus maniable. À l'intérieur, le papier est épais, la mise en page est soignée avec des motifs nordiques entre les paragraphes et à côté de la pagination. Chaque page de titre des nouvelles sont soigneusement mises en page avec la même typographie que sur la couverture. Enfin, les illustrations finales. Réalisées sur papier glacé, elles donnent un plus au livre qui contribue toujours à cet aspect beau livre. Une très belle fabrication donc qui justifie le prix. Le seul point (qui est chipoté), j'aurai plutôt mis le titre de la nouvelle sur la fausse page (page de gauche en haut) au lieu du titre du recueil ou en titre courant (au milieu de la page) sans préciser l'auteur sur la belle page (celle de droite donc).
   Contrairement à d'habitude, je ne commenterai pas scénario ou histoire car ce sont des mythes, l'auteur n'a donc eu que de choix que de s'y tenir. J'ai pris grand plaisir à les lire car je ne connaissais que leurs versions détournées par Thorgal. Les nouvelles sont accessibles à tous, comme le veulent les mythes de toute façon. Ils abordent amour, malice des dieux, mais surtout la grande aventure que chaque humain veut vivre pour se faire reconnaitre de dieux et prouver sa valeur auprès des siens. Des aventures classiques mais efficace qui séduiront tout public.
    Pierre Efratas m'avait dit écrire de façon romanisée les mythes afin qu'il soit accessible à tous. Toutefois, l'écriture assez précieuse et même soutenue de l'auteur, qui se joue de la langue tel le "scalde" qu'il se plait à jouer, n'est pas évidente pour un lecteur non avisé. Presque comme un historien, il utilise un vocabulaire soigné qui donne une impression d'un texte d'époque au point qu'un petit lexique est mis à disposition à la fin du livre.
  En définitif, j'ai adoré ce petit livre autant pour l'objet en lui-même que le contenu.

mardi 10 novembre 2015

Once Upon A Time - Saison 5

Once Upon A Time 

Saison 5

Affiche officielle de la saison 5


Série  sur le déclin, Once Upon A Time a lancé la diffusion de sa cinquième saison, de moins en moins suivie, le dimanche 27 septembre 2015. Cette saison comportera 23 épisodes du fait d'un double épisode final et sera probablement découpée en deux arcs. Les plus impatients et les plus fidèles peuvent retrouver les épisodes chaque lundi -après la diffusion le dimanche et un temps de traduction pour les regarder en VOSTFR - car les épisodes ne seront pas disponible avant un an, un an et demi en France. Cette saison est la plus catastrophique en terme d'audiences. La première saison ne descendait pas en dessous des 8 millions de téléspectateurs, cette cinquième ne dépasse pas les 6 millions et racle les bas fonds avec des scores de 3,5 millions. Pourtant une sixième saison a été annoncée.

Synopsis : Emma, devenue la Ténébreuse, plonge les habitants de Storybrooke dans le tourment. Alors qu'ils étaient à Camelot, cherchant l'aide de Merlin pour vaincre la noirceur en elle, les voici de nouveau à Storybrooke, leurs souvenirs perdus, et face une Emma déterminée à les faire payer pour une erreur commise. Le retour de la sauveuse est-il possible ? Mais que s'est-il donc passé à Camelot ?
 Episodes :
  1. The Dark Swan, diffusé le 27 septembre 2015, 5 900 000 téléspectateurs
  2. The Price, diffusé le 4 octobre 2015, 5 400 000 téléspectateurs
  3. Siege Perilous, diffusé le 11 octobre 2015, 5 200 000 téléspectateurs
  4. The Broken Kingdom, diffusé le 18 octobre 2015, 4 900 000 téléspectateurs
  5. Dreamcatcher, diffusé le 25 octobre 2015, 5 100 000 téléspectateurs
  6. The Bear and The Bow, diffusé le 1 novembre, 4 800 000 téléspectateurs
  7. Nimue, diffusé le 8 novembre, 4 900 000 téléspectateurs
  8. Birth, diffusé le 15 novembre, 4 900 000 téléspectateurs
  9. The Bear King, diffusé le 15 novembre, 4 900 000 téléspectateurs
  10. Broken Heart, diffusé le 29 novembre, 4 320 000 téléspectateurs
  11. Swan Song, diffusé le 6 décembre, 4 600 000 téléspectateurs
  12. Souls of the Departed, diffusé le 6 mars, 4 000 000 téléspectateurs
  13. Labor of Love, diffusé le 13 mars, 4 300 000 téléspectateurs
  14. Devil's Due, diffusé le 20 mars, 3 500 000 téléspectateurs
  15. The Brothers Jones, diffusé le 27 mars, 3 500 000 téléspectateurs 
  16. Our Decay, diffusé le 3 avril, 3 800 000 téléspectateurs
  17. Her Handsome Hero, diffusé le 10 avril, 3 800 000 téléspectateurs
  18. Ruby Slippers, diffusé le 17 avril, 3 800 000 téléspectateurs
  19. Sisters, diffusé le 24 avril, 3 900 000 téléspectateurs
  20. Firebird, diffusé le 1er mai, 3 800 000 téléspectateurs
  21. Last Rites, diffusé le 8 mai, 3 700 000 téléspectateurs
  22. Only You, diffusé le 15 mai, 4 100 000 téléspectateurs
  23. An Untold Story, diffusé le 15 mai, 4 100 0000 téléspectateurs

Casting principal :
Régina/ La méchante reine : Lana Parrilla
Mary-Margaret/ Blanche-Neige : Ginnifer Goodwin
David/ Charmant : Josh Dallas
Emma : Jennifer Morrison
Henry : Jared Gilmore
Mr Gold/ Tracassin (Rumpelstiskin en VO) : Robert Carlyle
Hook/ Crochet : Colin O'Donoghue
Arthur : Liam Garrigan
Merlin : Eliott Knight
Merida : Amy Mason
Zelena : Rebecca Mader

L'avis de Marion : Après un final particulièrement alléchant, la quatrième saison de Once Upon A Time avait réussi à me convaincre de poursuivre l'aventure malgré une baisse d'intérêt. Peut-être aurais-dû m'en tenir à cet avis en voyant la première moitié de saison.
   La première partie de saison 5 se concentre sur nos héros habituels à la différence donc qu'Emma a cédé aux ténèbres. Nouvel élément clef de la saison, c'était le détail censé faire tout basculer. J'ai été que déçue par cette mise en place. Forcément, quand on fait la comparaison entre Rumplestiskin et Emma, il est difficile de supporter la différence. De plus, l'intrigue à Camelot est mollassonne, prévisible au possible, sans surprise et tristement plate. Un petit sursaut a été fait avec Nimue et le passé de Merlin, mais une fois de plus la conclusion a été trop facile et prévisible.
   Je ne m'attarde pas sur les effets spéciaux qui sont aussi misérables que d'habitude pour plutôt m'attaquer aux costumes. D'habitude, Once Upon A Time fournit une variété assez appréciable de costumes que ce soit dans les divers flash back concernant la méchante reine ou encore Snow. Toutefois, chacun garde une tenue de référence pour identifier le personnage. La pratique a été bien trop mise en oeuvre dans cette saison puisque les personnages ne changent pas une seule fois de tenue. Tout semble s'appauvrir dans la série. 
   J'approuve cependant la disparition progressive de Henry dans le paysage, les efforts sans cesse renouveler de Regina pour être bonne, je suis agacée en revanche du sempiternel retour de méchant et dans ce cas là, celui de Zelena, une méchante que je n'ai jamais su apprécier.
   Le mid-season s'achève sur une possibilité de clôturer la série qui me plait bien (avec je dois le reconnaitre beaucoup d'émotions). Les héros vont aux Enfers, chercher l'un de leur camarade qui a malencontreusement atterri là bas. Mes envies de happy-end et fin de série sont contrariés par ABC qui décide de faire une sixième saison.
  Si certes, la seconde moitié de saison est meilleure que la première - c'était pas bien dur il faut dire - ce n'est toutefois pas assez pour me faire acheter une suite. Nouveau méchant : Hadès, roi des enfers. Dans la théorie, c'est une bonne idée, dans la pratique, j'en veux pas du tout. Le personnage Disney est plein de charisme, d'humour et de classe notamment par ses flammes qui se modulent selon son humeur. Alors Once Upon A Time a décidé de faire la même chose mais avec la qualité graphique assez limité qu'on lui connait. Résultat, Hadès est plutôt minable, qui plus est pas très présent dans son rôle de maître des enfers. La série s'éparpille dans tous les sens pour trouver la fin heureuse de toutes les âmes errantes et on a du mal à se focaliser sur le but réel : sauver tout le monde ? Vaincre Hadès ? Sortir simplement des Enfers ? Réparer les fautes passées ? Faire ami-ami avec tout le monde ? 
   Second point, les scénaristes et décorateurs n'ont pas cherché bien loin pour le décor des Enfers : Storybrooke version rouge et délabré. Non seulement c'est facile mais en plus cela enlise le scénario. Les personnages sont confiants du fait de connaitre le terrain, les similarités entre les Enfers et le monde réel font qu'ils agissent comme si c'était leur ville. Bref, les Enfers sont devenus le far west, tout le monde il fait sa loi.
   Fatalement, la fin de saison s'enlise de la même manière que la première partie de saison, misant sur la mort de personnages, redoublant d'illogismes, et le final tombe à plat, tel un soufflet, tant il est prévisible.

mercredi 18 février 2015

Once Upon A Time - Saison 4

Once Upon A Time 

 Saison 4



Affiche promotionnelle pour la saison4


Série à succès, Once Upon A Time a lancé la diffusion de sa quatrième saison, tant attendue par les fans, le dimanche 28 septembre 2014 dernier. Cette saison comportera 22 épisodes comme les trois précédentes. Les plus impatients et les plus fidèles peuvent retrouver les épisodes chaque lundi -après la diffusion le dimanche et un temps de traduction pour les regarder en VOSTFR - car les épisodes ne seront pas disponible avant un an, un an et demi en France.

Synopsis : Elsa, fraîchement sortie d'une urne magique, cherche Anna, portée disparue. Comprenant à la suite d'un malentendu qu'elle est retenue par les habitants de Storybrooke, Elsa érige un mur de glace géant autour de la ville déterminée à retrouver sa soeur quoiqu'il lui en coûte. Mais dans l'ombre une autre reine des neiges tire les ficelles et il semblerait qu'Emma ne lui soit pas inconnue.



Episodes :
  1. A Tale of two sisters, diffusé le 28 septembre 2014, 9 470 000 téléspectateurs
  2. White Out, diffusé le 05 octobre 2014, 8 780 000 téléspectateurs
  3. Rocky Road, diffusé le 12 octobre 2014, 7 920 000 téléspectateurs
  4. The Apprentice, diffusé le 19 octobre 2014, 8 070 000 téléspectateurs 
  5. Breaking Glass, diffusé le 26 octobre 2014, 6 870 000 téléspectateurs
  6. Family Business, diffusé le 2 novembre 2014, 7 540 000 téléspectateurs
  7. The Snow Queen, diffusé le 9 novembre 2014, 7 420 000 téléspectateurs
  8. Smash The Mirror - Part 1 & 2, diffusé le 16 novembre 2014, 6 800 000 téléspectateurs
  9. Fall, diffusé le 16 novembre 2014, 6 800 000 téléspectateurs
  10. Shattered Sight, diffusé le 30 novembre 2014, 6 400 000 téléspectateurs
  11. Heroes and Villains, diffusé le 7 décembre 2014, 6 200 000 téléspectateurs
  12. Darkness on The Edge of Town, diffusé le 14 décembre 2014, 5 700 000 téléspectateurs
  13. Unforgiven, diffusé le 1 mars 2015, 6 70 000 téléspectateurs
  14. Enter The Dragon, diffusé le 8 mars 2015, 5 900 000 téléspectateurs
  15. Poor Infortunate Soul, diffusé le 22 mars 2015, 5 880 000 téléspectateurs
  16. Best Laid Plans, diffusé le 29 mars 2015, 5 790 000 téléspectateurs
  17. Heart of Gold, diffusé le 5 avril 2015, 5 480 000 téléspectateurs
  18. Sympathy for the De Vil, diffusé le 12 avril 2015, 5 170 000 téléspectateurs
  19. Lily, diffusé le 19 avril 2015, 5 120 000 téléspectateurs
  20. Mother, diffusé le 26 avril 2015, 5 210 000 téléspectateurs
  21. Operation Mongoose Part 1, diffusé le 3 mai 2015, 5 310 000 téléspectateurs
  22. Operation Mongoose Part2, diffusé le 10 mai, 5 510 000 téléspectateurs


Casting principal :
Régina/ La méchante reine : Lana Parrilla
Mary-Margaret/ Blanche-Neige : Ginnifer Goodwin
David/ Charmant : Josh Dallas
Emma : Jennifer Morrison
Henry : Jared Gilmore
Mr Gold/ Tracassin (Rumpelstiskin en VO) : Robert Carlyle
Hook/ Crochet : Colin O'Donoghue
Elsa : Georgina Haig
Anna : Elizabeth Lail
Ingrid : Elizabeth Mitchell


Marion

L'avis de Marion : Avec l'annonce d'un contexte Reine des Neiges, ABC ne pouvait que faire rêver ses téléspectateurs prenant par le même coup un pari risqué. Perdu selon moi.
    Si cette saison commençait bien, je trouve qu'elle s'est très vite essoufflée. Déjà, la même veine a encore été utilisée pour le méchant : la famille. Bon, l'idée est pas originale mais tant pis, cela donne l'occasion de voir la suite de La Reine des Neiges telle que l'a imaginée ABC. Grossière erreur de leur part. Les scénaristes ont tellement voulu séduire les fans du dessin animé qu'ils ont reproduit un calque de celui-ci mais erroné - selon moi - sur le personnage principal : Elsa. Cette dernière comprend la source de ses pouvoirs à la fin du Disney et les maîtrise donc grâce à cela, retrouvant une confiance en elle toute neuve. Once Upon A Time continue l'histoire quelques mois ou un an après le dessin animé mais Elsa est restée la même personne apeurée, ne maîtrisant rien du tout. Pire, elle ne sert pas à grand chose hormis à être la princesse prétexte à l'aventure. Clairement, dans le dessin animé, Elsa envoie du lourd et n'a pas peur d'affronter ceux qui en ont après elle (je pense à la scène du château de glace notamment face aux gardes et à Hans). Dans la série, Elsa a même perdu cela. Elle se fait hésitante et fuyante face à ses ennemis, ratant sortilège sur sortilège. Les autres personnages sont ajoutés seulement pour faire du fan service : Hans devient un prince ridicule qui s'accroche désespérément à un pouvoir qu'il n'aura jamais, Kristoff n'apparait que pour prouver que parler à un renne dans la réalité, c'est beaucoup moins magique que dans un Disney. Même Oaken, l'homme des sources thermales, apparait simplement pour faire sa salutation ! Le pire a été le final de ce milieu de saison. Déjà le double épisode m'a ennuyée (je l'ai regardé en avance rapide), ensuite, la fin était tout de même très prévisible mais surtout, ça a achevé de me convaincre qu'il faut arrêter d'essayer de transposer un dessin animé en réel (la scène du chocolat).
     Ma déception repose notamment sur le sous-entendu qui a été fait sur Elsa. La fin de la saison 3 la présente clairement comme une méchante, enfermée dans une urne de Rumple - l'urne étant dans une chambre secrète de celui-ci, précisant que seuls des choses au pouvoir terrifiant le surpassant y sont enfermés - mais n'en fait finalement qu'une gentille effacée. Pire, on ne nous révèle finalement pas comment Elsa a bien pu atterrir là bas. Pour se rattraper, je comptais sur une méchante avec du punch. Ingrid, la seconde reine des neiges, remplit plus ou moins ce rôle. Afin de s'éloigner de la Sorcière de l'Ouest qui avait une stratégie brute, les scénaristes optent pour un personnage à la recherche de douceur, d'un futur rêvé et d'un passé perdu. Pourquoi pas. Cela permet de découvrir un peu plus le passé d'Emma dans les familles d'accueil et pour une fois, les flash backs paraissent utiles et ne sont pas redondants. Mais le final et la résolution de la malédiction lancée par Ingrid m'ont semblé trop facile et bien trop happy end. C'est un conte de fée mais tout de même.
     Gros points positifs en revanche : les évolutions amoureuses de Régina et Emma ainsi que les effets spéciaux pas trop monstrueux pour une fois.
   Hormis le gros malabar de neige et le Papi Troll (réplique exacte du dessin animé), la série s'est calmée sur les effets spéciaux bâclés et mauvais, du moins rien qui ne m'ait brûlé les yeux comme lors de la saison 3. Pour Emma et Régina, leurs histoires avancent et se construisent peu à peu, on prend plaisir à regarder les deux couples se chercher et tâtonner. Forcément, cela annonce forcément mille péripéties pour les deux héroines.
    Le milieu de saison s'achève en dévoilant les prochaines méchantes de la saison 4B : Ursula, Maléfique et Cruella d'Enfer. Cela n'a pas encore commencé que je crise déjà. Une fois de plus, ABC essaye de s'approprier un Disney qui a cartonné : Maléfique.
 Ce personnage, empruntant les traits de Kristin Bauer, avait déjà été introduit dans la saison 1 comme étant une grande amie de Régina qui avait raccroché ses sortilèges, vivant dans son palais avec un poney et d'affreuses robes bonbons roses froufroutantes. Curieux concept pour l'une des méchantes les plus classes de Disney mais pourquoi pas. Puis Maléfique meurt à la fin de la saison 1 (le dragon sous la librairie, rappelez vous). Comment diable a-t-elle ressuscité d'entre les morts et pourquoi a-t-elle soudainement retrouvé son look disney ? Fan service et marketing, ça ne me plait pas du tout.
    Ursula ne fait rien pour remonter le niveau. Rien que son design, je ne l'aime pas. L'immonde choucroute blonde sur la tête, la tenue verte à paillette pour soi-disant rappeler les algues de la mer, avec des jambes et trois pauvres tentacules qui sortent de dieu sait où. C'est horrible mais cette opinion n'engage que moi. Toujours est-il que j'aurai pu m'y faire s'ils n'avaient pas fait Régina en Ursula très crédible dans la saison 3 (cheveux gris, tentacules noires, etc.) et après montré la véritable déesse de la mer (rétrogradée en sorcière des mers pour la saison 4) en statue de pierre ressemblant grosso modo à ce que Régina avait imité. Une fois de plus, contradiction avec ce qui avait été établi.
   Cruella ... Visuellement, elle est parfaite. Mais Cruella ... Comment a-t-elle pu se perdre passant de  Londres pour atterrir dans la forêt enchantée, elle, pauvre anglaise fashion victime, et se retrouver à faire équipe avec deux sorcières surpuissantes à côté desquelles elle fait pâle figure tout de même ?
     Beaucoup de doutes donc pour la suite et une première partie qui ne m'a pas séduite du tout, pour moi, il ne fait aucun doute, il est temps que Once Upon A Time tire sa révérence avant que cela n'en devienne honteux pour eux. 


J'ai mis donc beaucoup de temps à regarder la deuxième partie de saison. Mais finalement, avec surprise, cette saison 4B rattrape bien le fiasco de la partie reine des Neiges. Les méchantes sont (presque) crédibles mais surtout l'histoire sur l'écrivain avance ENFIN.
Les méchantes tout d'abord. Les explications sur le retour de Maléfique sont un peu foireuses mais bon, au moins les producteurs ont eu la décence de ne pas prendre les spectateurs pour des idiots et ne lui ont pas fait un retour sans explication. Son nouveau look passe mieux et son histoire est franchement la meilleure de toutes les méchantes. Elle est humaine, pas foncièrement mauvaise et surtout, elle permet de rendre les héros un peu moins blancs, et ça il était temps ! Le jeu d'acteur est impeccable, comme je l'attendais de la part de Kristin Bauer. On ne peut pas en dire autant de Ursula ...
Tout d'abord, le personnage est une insulte graphique. Les tentacules sont affreuses, il n'y a aucune logique à leur apparition, leurs nombre aussi ne suit aucune cohérence. Le personnage a le charme d'une huitre, autant de prestance qu'un maquereau et l'utilité d'une moule. Son passé est niais à mourir, son lien avec Hook n'est pas vraiment renversant et la réadaptation du conte pas vraiment approprié. La conclusion du personnage est pire que tout avec son cher papa qui débarque littéralement de nul part. La pauvre actrice a essayé tant bien que mal d'être à la hauteur mais rien ne ressortait vraiment du personnage si ce n'est un handicap pour le trio de méchantes.
Cruella en revanche était bien plus intéressante. La manière dont les scénaristes ont réussi à lui donner un peu de magie et un intérêt dans cet univers qui semblait si inapproprié est finement trouvée. Son lien avec l'auteur dans son histoire personnellement est assez excellent, faisant d'elle un réel personnage avec du poids. Visuellement, l'actrice est juste parfaite. Le jeu d'acteur suit, à la hauteur de ce que j'espérais comme le montre les flashbacks.

Le scénario de la seconde moitié de saison est bien trouvé, bien acheminé. Les morceaux s'emboîtent sans problème, et j'ai réellement pris plaisir à regarder la série, chose qui n'était pas arrivée depuis la saison 3A. Je ne changeais pas d'avis sur les nécessités d'arrêter la série jusqu'au final. Le final de la série la relance complètement et créer un intérêt nouveau qui n'était pas arrivé depuis ... l'effacement de la mémoire de Emma pour qu'elle vive avec Henry. C'était inattendu et culotté. Retrouver le personnage de Lily était aussi un sacré coup de poker de la part des scénaristes. Toutefois, je trouve que l'intérêt de Lily s'est amoindri aussi vite qu'elle était revenue. En raison des manipulations faites par Charming et Snow, Lily aurait du promettre des choses assez phénoménales pour les habitants de Storybrooke mais il ne se passe rien et c'est assez décevant.

Les héros sont toujours égales à eux-même. Cependant, la petite touche de noirceur du couple Charming Snow me plait bien car les personnages commençaient à devenir vraiment vraiment niais au point qu'on souhaiterait leur mort. Henry fait son retour en force mais cela n'est pas pour me plaire. Le personnage incarne la niaiserie au possible, il me donne envie de lui donner des claques et je n'arrive plus à trouver un réel intérêt pour lui. Même dans la série, je trouve qu'il n'a plus sa place. Emma et Hook continuent tranquillement leur petit bonhomme de chemin jusqu'au final grandiose qui annonce de belles choses pour la suite. Regina et Robin me déçoivent en revanche. Certes, c'était un coup dur leur séparation mais que les scénaristes fassent revenir par dessus Zelena qui trouve en plus le moyen de se mettre entre les deux, c'était de trop. Je n'aimais pas du tout le personnage, je l'aime toujours pas. Tout d'abord, les scénaristes devraient arrêter de faire ressusciter les morts par des moyens plus que douteux. On sent tout de suite que c'est simplement pour le fanservice. 

En somme, hormis quelques petits désaccords sur les personnages, niveau scénaristique, la saison 4B réussit à rattraper le fiasco de la A, promettant de grandes choses pour la saison 5, qui j'espère sera la dernière au vue des audiences perpétuellement en chute. 

mardi 17 février 2015

Witches of East End

Witches of East End




Witches of East End est une série diffusée par Lifetime, sous-branche de A&E, depuis 2013. Crée par Maggie Friedman, l'histoire est une adaptation des romans de Mélissa De La Cruz, Les Sorcières de North Hampton. Si la saison 1 regroupait en moyenne 1,7 millions de spectateurs, une baisse pour la saison 2 a été enregistrée (1, 2 millions en moyenne sur la saison) et la chaîne a décidé d'annuler, laissant les fans sur leur faim. En effet, l'épisode 9 se termine sur une fin de saison et non de série avec donc son lot d'ouverture pour une saison suivante qui n'aura jamais lieu.


Synopsis : Sorcières maudites, les Beauchamp vivent cachées dans le monde des humains. Immortelle, la matriarche, Joanna Beauchamp, essaye tant bien que mal de protéger ses filles, Freya et Ingrid, condamnées à ne jamais dépasser leur trentième anniversaire au fil de leurs renaissances. Pour contrer cela, elle décide de les élever sans magie pour la première fois mais tôt ou tard, elle devra leur révéler car le danger rôde.


Saisons : 


 









 Saison 2